Tournage
28 mars 2019 - Actualité

Culture : un plan d'aide aux séries françaises

Avec un système d’aides bonifiées, le soutien à la production de séries françaises est renforcé.
 
Le ministre de la Culture, Franck Riester, a présenté le “plan Séries” lors de sa venue au festival Séries Mania à Lille, le 27 mars. Ce plan vise à soutenir la production de séries télévisées françaises pour répondre à l'évolution de la consommation et encourager la diffusion à l’international.

Le plan Séries : en quoi ça consiste ?

La France est une terre de séries, et je veux qu’elle le soit davantage encore”, a déclaré le ministre de la Culture lors du festival Séries Mania à Lille, le 27 mars.

Mis au point par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), le plan Séries ambitionne de répondre à cette volonté. Son premier volet est composé de trois grandes mesures : d’abord, favoriser le développement de nouveaux formats afin d’adapter la production aux nouveaux usages et à la demande internationale. Pour cela, le CNC prévoit d'élargir en partie le Fonds de soutien audiovisuel (FSA) à des formats plus courts (20 à 52 minutes), alors qu'il était habituellement réservé aux premières saisons de séries longues (52 minutes).

Le plan Séries vise également à améliorer les délais de diffusion entre une première et une seconde saison. En effet, les diffuseurs peinent à commander plus d’une saison à la fois. Par conséquent, des délais de deux voire trois ans s’installent entre la diffusion de deux saisons, comme ce fut le cas pour la série “Les revenants” entre 2012 et 2015. Pour y remédier, le CNC prévoit d’étendre son soutien de 25% pour la production de deuxièmes saisons avant même la diffusion de la première. À terme, l’objectif est de s’aligner sur les standards internationaux en produisant une saison par an.

Enfin, le plan Séries vise à soutenir l’exportation des séries françaises à l’international. “Puisque le succès mondial d’une série se joue souvent dès sa conception, nous apporterons donc un soutien supplémentaire de 25% aux producteurs lorsque des préfinancements internationaux substantiels seront décrochés”, a annoncé Franck Riester. Concrètement, si une série obtient un préfinancement conséquent de l’étranger, le soutien accordé par le CNC sera bonifié de 25%.

Une “saison 2” pour le plan Séries

Étape suivante : la mise au point d’un second volet du plan dans les prochaines semaines, en concertation avec les professionnels de l’audiovisuel. Il sera consacré à l’écriture et au développement de séries originales.

L’écriture doit être valorisée dans le budget de production, dans la rémunération des scénaristes et plus généralement de tous les auteurs, dans l’encadrement des pratiques contractuelles, ou encore dans la formation des professionnels”, a précisé Franck Riester lors de son discours. Ce second volet cherchera aussi à faciliter le recours des séries aux effets visuels.

Au total, le plan Séries représentera une dépense de 3 millions d’euros par an par le CNC.

Le CNC : une structure de promotion et de défense du cinéma et de l’audiovisuel

Créé en 1946, le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) est un établissement public administratif placé sous la tutelle du ministère de la Culture. Il possède une personnalité morale et est doté de l'autonomie financière.

Sous l’autorité du ministre, le CNC est chargé de six missions majeures :
  • Soutenir financièrement le cinéma et les programmes audiovisuels français ;
  • Réglementer l'industrie cinématographique, audiovisuelle, vidéo et multimédia ;
  • Promouvoir et diffuser les oeuvres ;
  • Faire coopérer l’industrie cinématographique et audiovisuelle avec les territoires français ;
  • Négocier, au niveau européen ou international, la définition et la mise en œuvre de politiques multilatérales concernant le secteur cinématographique et audiovisuel ;
  • Protéger le patrimoine cinématographique français.
À travers une série d’aides, le CNC contribue à l’épanouissement du cinéma français et aux séries.