Le sommet du G7 des 4 et 5 juin 2014 à Bruxelles

Le ministre des affaires étrangères et du développement international a présenté une communication relative au sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement du G7 des 4 et 5 juin 2014 à Bruxelles.

Cette réunion présentait un caractère exceptionnel, puisqu’elle intervenait dans le contexte de la suspension des travaux du G8 et de l’annulation du sommet initialement prévu à Sotchi.

L’agenda international a été dominé par l’Ukraine. En se réunissant sans la Russie pour la première fois depuis près de vingt ans, les dirigeants du G7 ont souhaité adresser à ce pays un signal clair sur les gestes qu’ils attendent de sa part pour contribuer à une désescalade des tensions en Ukraine. Ils ont confirmé leur approche alliant fermeté et ouverture au dialogue. Le G7 a adressé à M. Porochenko, président élu d’Ukraine, un message de soutien et d’encouragement au dialogue interne, et avec la Russie. Les commémorations du Débarquement, le lendemain, ont confirmé l’amorce d’un dialogue entre la Russie et l’Ukraine.

Le G7 a, par ailleurs, exprimé sa préoccupation face à la situation en Syrie, l’élection présidentielle n’ayant aucune valeur et les massacres continuant. Les dirigeants du G7 se sont entendus pour renforcer leur coopération afin de lutter contre le phénomène des combattants étrangers.

Le G7 a souligné la nécessité d’éviter que la Libye s’enfonce davantage dans le chaos, et insisté sur la nature de la menace que la crise libyenne faisait peser dans la région et bien au-delà.

Ce sommet a permis de confirmer que les dirigeants du G7 partagent des valeurs communes au nom desquelles ils discutent des principaux sujets économiques mondiaux, comme des grands enjeux de politique internationale, avec l’objectif d’apporter des solutions et de mobiliser la communauté internationale.

Les échanges sur l’économie ont permis de constater la reprise, même si elle est encore insuffisante, des économies, et le besoin d’une nouvelle impulsion. Les récentes décisions de la Banque centrale européenne ont été saluées.

S’agissant du commerce, il a été relevé que le succès de la conférence de l’OMC à Bali appelle une mise en œuvre rapide de ses conclusions. Les chefs d’Etat et de Gouvernement ont également fait le point sur les principales négociations commerciales en cours, notamment sur le partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement, dont il a été rappelé qu’il devait renforcer un système commercial multilatéral fondé sur des règles, dont celle de la réciprocité.

Le Président de la République a appelé le G7 à se mobiliser et à donner l’impulsion politique nécessaire à la lutte contre le changement climatique, dans la perspective de la conférence sur le climat qui aura lieu à Paris fin 2015.

Un point a été fait sur la coordination en matière de sécurité énergétique, dans le prolongement d’une réunion des ministres de l’énergie du G7.

S’agissant enfin de l’Afrique et des enjeux de développement, les membres du G7 ont réaffirmé leur engagement en faveur d’un agenda ambitieux, notamment pour aider les pays africains les plus pauvres. Le Président de la République a rappelé l’importance des enjeux de sécurité et de développement, qui sont étroitement liés, comme la situation du Mali ou de la Centrafrique le montre.

La fin de ce sommet a marqué le début de la présidence allemande du G7, qui organisera un sommet en juin 2015 en Bavière.