Concours d'innovation - volet i-Nov

Le Gouvernement s’est donné pour priorité de faire de la France un pays leader en matière de création et de développement d’entreprises innovantes, notamment nées des avancées de la recherche de pointe française, à fort contenu technologique, ou favorisant les transitions écologique, énergétique ou alimentaire. Le soutien de l'Etat est alors considéré comme un facteur déterminant pour les filières industrielles stratégiques et représente la marque d’un fort engagement auprès des entreprises, via des financements, une labellisation et une communication renforcée. Le Concours d’innovation se décline ainsi autour de 3 volets complémentaires : i-PhD, i-Lab et i-Nov. Retrouvez ici les lauréats du volet i-Nov du Concours de l'innovation.
 
Le volet i-PhD du Concours de l'innovation, lancé en 2019 en partenariat avec Bpifrance, est le volet amont du concours, pour les jeunes chercheurs. Ce dernier vise à attirer les jeunes docteurs vers la création de start-ups technologiques, en lien avec les structures de transfert de technologie et les laboratoires de recherche publique. Chaque lauréat bénéficiera d’un accompagnement spécifique (mentorat, formation, Summer Camp).

Le volet i-Lab du concours, quant à lui, valorise les résultats de la recherche publique à travers la création d’entreprises à technologies innovantes. Organisé par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en partenariat avec Bpifrance, il finance les meilleurs projets de recherche et de développement pour la finalisation du produit, procédé ou service technologique innovant grâce à une aide financière importante (jusqu’à 600 000 euros par projet, pour un budget de 20 millions d’euros au total) et un accompagnement adapté. Ce volet est, par ailleurs, devenu un point de passage privilégié pour les porteurs de projets et un label de qualité unanimement reconnu par les investisseurs Deep Tech.

Enfin,  le volet i-Nov soutient des projets d’innovation au potentiel particulièrement fort pour l’économie française portés par des start-ups et des PME, afin de favoriser l’émergence d’entreprises leaders dans leur domaine et pouvant prétendre à une envergure mondiale. A travers le Programme des investissements d’avenir, ce dernier mobilise jusqu’à 80 millions d’euros par an autour de thématiques comme la révolution numérique, la transition écologique et énergétique, la santé, la sécurité, etc.