18 janvier 2019

[Communiqué de presse] Résultats de l'AMI "French Tech Seed"

Paris, le 17 janvier 2019 – Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, et Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement ont annoncé les 18 premiers lauréats de l’appel à manifestation d’intérêt « French Tech Seed » lors d’un déplacement à la SATT Paris-Saclay.
 





Le 21 juin 2018, le Premier ministre, Edouard Philippe, annonçait le fonds d’investissement « French Tech Seed » doté de 400 M€ issus du Programme d’investissement d’avenir intégré au Grand plan d’investissement et opéré par Bpifrance pour le compte de l’Etat. Lancé le 18 juillet 2018 par Bruno Le Maire et Frédérique Vidal, ce  fonds a vocation à soutenir les start-ups technologiques en phase de post-maturation, notamment des start-ups de la deep tech et de moins de 3  ans.

 

L’originalité du fonds french Tech Seed repose sur un mécanisme de prescripteurs labellisés et un effet de levier sur l’investissement privé. Ces prescripteurs garantiront le caractère technologique et les investisseurs privés le potentiel de développement de l’entreprise. Les entreprises dont la technologie est validée par les prescripteurs et qui bénéficient d’investissements privés pourront ainsi se voir accorder un financement quasi-automatique en obligations convertibles par Bpifrance pouvant aller jusqu’à deux tiers du tour de table.

 

Cet AMI a permis de mobiliser les organismes en charge sur les territoires de l’incubation et de la valorisation au service du transfert de technologies et de la création d’entreprises.

 

Les 18 structures lauréates de cette première vague ont su répondre à quatre critères :

- le potentiel à proposer des projets de création d’entreprise innovante à forte intensité technologique ;

- la garantie du caractère innovant et technologique des projets ;

- la garantie d’un suivi et d’un accompagnement de l’entreprise dans ses dimensions stratégique, de développement commercial et de financement ;

- la capacité à mobiliser l’écosystème de financements privés.

 

Conscient de l’importance stratégique de la Deep Tech pour la croissance et pour l’emploi, la France se dote ainsi d'un outil capable de mobiliser l’investissement au service de ces start-up et de financer le pré-amorçage à grande échelle.

 

Les 18 lauréats de la 1ère vague