Photo de Julien Denormandie et de Marlene Schiappa
15 avril 2019 - Actualité

Brigade anti-discriminations : un outil au service de l’égalité

Une brigade anti-discriminations a été lancée le 15 avril 2019 par Marlène Schiappa et Julien Denormandie. Son objectif : que chaque citoyen puisse, réellement, jouir de droits égaux dans la société.
 
« En France, tous les citoyens sont égaux devant la loi. Chacun doit pouvoir accéder aux mêmes logements, postuler aux mêmes emplois, sortir dans les mêmes restaurants et ce, quelles que soient la couleur de sa peau, sa religion, son orientation sexuelle… Mais en pratique, ces droits formels ne sont pas toujours réels. »
Marlène Schiappa et Julien Denormandie, tribune dans Le Parisien.
 
C’est pour lutter contre cet état de fait que la secrétaire d’État à l’Egalité entre les femmes et les hommes et à la Lutte contre les discriminations et le ministre chargé de la Ville et du Logement ont lancé aujourd’hui la brigade anti-discriminations.

De quoi sera chargée cette brigade ?

Cette brigade sera chargée de trois grandes missions :
 
  1. Faciliter la mise en relation entre les victimes et les acteurs de la lutte anti-discriminations. À cette fin, il est prévu de créer une plateforme en ligne, avec l’appui de Facebook France.
  2. Sensibiliser toute la population aux différentes discriminations qui persistent dans la société.
  3. Évaluer les politiques publiques en matière de lutte contre les discriminations et proposer des mesures concrètes et efficaces pour les améliorer.
La brigade sera épaulée par une multitude d’associations luttant contre le racisme (SOS Racisme, la LICRA, le MRAP, Sportitude France), l’homophobie (SOS Homophobie), l’exclusion sociale (Droits d’Urgence, Opcalia) ou encore les inégalités femmes-hommes (Femmes Solidaires).

En parallèle, le Gouvernement a d’ores et déjà commencé à tester, pour une période de trois ans, les processus de recrutement du SBF 120 (indice boursier regroupant les 120 entreprises les plus cotées en Bourse). Le but de ces opérations : tester les entreprises sur leurs recrutements et leurs méthodes de recrutement afin d’identifier et d’évaluer de potentielles discriminations.

Pourquoi créer une telle brigade ?

En février dernier, le ministère de l’Intérieur dévoilait que les actes antisémites avaient augmenté de 74 % en 2018. En juin 2018, un sondage IFOP révélait que parmi des lycéens et étudiants LGBT interrogés, 18 % déclaraient avoir été insultés pendant les 12 mois précédant le sondage.

D’où vient l’idée de cette brigade ?

Cette brigade est une idée citoyenne issue des contributions au grand débat national.