La centrale Fessenheim
21 février 2020 - Actualité

Arrêt d'un réacteur à Fessenheim : une première étape pour réduire la part de l’énergie nucléaire

EDF engagera ce samedi 22 février 2020 l’arrêt du réacteur n°1 de la centrale de Fessenheim. C’est une première étape dans l’engagement et la stratégie française de rééquilibrage entre l’électricité d’origine nucléaire et celle d’origine renouvelable.
 
Conformément aux engagements du Président de la République, confirmés à l’occasion de la présentation de la Stratégie française pour l’énergie et le climat de novembre 2018, les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim seront arrêtés d’ici l’été 2020.

Ce 22 février, c'est donc le premier des deux réacteurs qui fait l'objet d'une fermeture.

POURQUOI FAUT-IL FERMER LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE FESSENHEIM ?

  • C’est la plus ancienne centrale française
Située dans le Haut-Rhin, Fessenheim a été mise en service en 1977. C’est la plus ancienne des 19 centrales nucléaires françaises.
 
  • Sa fermeture s’inscrit dans les objectifs énergétiques de la France
Cet arrêt s’inscrit également dans un contexte de baisse des émissions de gaz à effet de serre issues de la production d’électricité, grâce à la fermeture progressive des centrales à charbon d’ici 2022.
 
  • Cela correspond à l’engagement de la France de réduire la part du nucléaire dans la production d'énergie
Cette fermeture constitue une première étape dans l’objectif de réduire à 50% la part du nucléaire dans le mix énergétique français, et ce d’ici à 2035.

L’AVENIR DU TERRITOIRE DE FESSENHEIM

La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim ne peut pas se faire au détriment du territoire et de ses habitants. Le Gouvernement s’est engagé dès 2018 avec les élus locaux dans la préparation d’un projet de territoire pour l’avenir de Fessenheim, finalisé en février 2019.

Ce projet vise à faire du Haut-Rhin un territoire de référence à l’échelle européenne en matière d’économie bas carbone. Une économie reposant sur des filières d’excellence et d’innovation, créatrices d’emplois durables, permettant ainsi d’assurer la réussite de la mutation économique et sociale des communes les plus concernées.

L’État est pleinement mobilisé pour garantir la reconversion des salariés de la centrale, et accompagner les sous-traitants.