Médecin devant une patiente
4 janvier 2017

Uvestérol D® : commercialisation suspendue et renforcement de l’information des familles et des professionnels de santé

Une procédure de suspension de la commercialisation de l’Uvestérol D® a été engagée, ce 4 janvier 2017, par mesure de précaution. Le ministère de la Santé a installé un numéro vert pour informer les familles. Des solutions alternatives sont mises en œuvre pour l'administration de la vitamine D aux nourrissons.
Contenu publié sous le Gouvernement Cazeneuve du au 14 Mai 2017
 
Par mesure de précaution, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a engagé une procédure de suspension de la commercialisation de l’Uvestérol D®, ce 4 janvier 2017. Seul ce produit est concerné par cette procédure, et non les autres spécialités à base de vitamine D. Le ministère de la Santé a installé un numéro vert pour informer les familles : 0800 636 636

Des alternatives à l’Uvestérol D®

Par souci de précaution également, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, appelle les parents à ne plus administrer d’Uvestérol D® à leurs enfants. Elle a toutefois insisté sur le fait que la vitamine D n'était pas en cause : "je souhaite rassurer les parents qui ont donné de la vitamine D, sous quelque forme que ce soit, à leurs enfants : ils ne courent aucun danger." En effet, c’est le mode d’administration spécifique du produit qui présente des risques et non la vitamine D, elle-même. "Je garantis [aux familles] une information transparente, objective et fiable", a déclaré Marisol Touraine.
 
La vitamine D étant essentielle pour le développement des nourrissons, la ministre a déclaré tout mettre "en œuvre pour leur proposer, en lien avec les professionnels de santé, une solution alternative."  Elle appelle les familles à se rapprocher de leur professionnel de santé, qui leur proposera de la vitamine D sous une autre forme. "Les recommandations pour les professionnels de santé leur seront adressées dans la journée", a assuré Marisol Touraine.