Vaccination d'enfants
28 septembre 2017

Revalorisation des aides sociales pour les familles les plus en difficulté

Interrogée sur RMC le 26 septembre, Agnès Buzyn a annoncé la hausse de plusieurs aides sociales pour les familles les plus en difficulté. Elle a également évoqué une hausse du forfait hospitalier et est revenue notamment sur la question de la vaccination obligatoire.

 
Aujourd’hui, 14% de Français (dont 3 millions d’enfants) vivent en dessous du seuil de pauvreté (moins de 1000 euros/mois). Il s’agit souvent de familles monoparentales qui ont de véritables difficultés d’insertion. Pour favoriser l’accompagnement vers l’insertion, le Gouvernement lancera le 17 octobre prochain un plan global en concertation avec l’ensemble des acteurs associatifs et citoyens.
 
Des mesures en faveur des familles les plus défavorisées, notamment les familles monoparentales, sont prévues dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 et ont d’ores et déjà été annoncées par la ministre :
  • revalorisation de 30% (soit 138 euros de l’allocation versée aux familles monoparentales pour frais de garde. Elle pourra ainsi atteindre 600 euros/mois ;
  • revalorisation de 50 % au-dessus de l’inflation de l’allocation de soutien familial ;
  • revalorisation (adossée à l’inflation) de la prime de naissance et d’adoption.
Agnès Buzyn a également évoqué l’augmentation du forfait hospitalier "simplement pour rattraper l’inflation puisque le forfait hospitalier n’a pas augmenté depuis 2010", en précisant que les détails de cette annonce seraient données jeudi lors de la présentation du PLFSS.
 
Elle a rappelé que les 11 vaccins pour la petite enfance unanimement recommandés par les autorités de santé deviendront obligatoires au 1er janvier 2018 sans clause d’exception et qu’il s’agit d’une nécessité de santé publique : "aujourd’hui, 8 enfants sur 10 en France font déjà ces onze vaccins obligatoires (…) et [pour] qu’il n’y ait pas d’épidémie, il faut augmenter le nombre d’enfants vaccinés jusqu’à 9 enfants sur 10. Ce sont les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé."