Drapeau de l'ONU
26 septembre 2018

Nations unies : s'attaquer aux inégalités et bâtir un nouvel ordre mondial

S'exprimant le 25 septembre 2018 à la tribune de l’Assemblée générale des Nations-Unies (AGNU), à New York, le Président de la République a rappelé la nécessité de s'attaquer aux causes réelles des déséquilibres mondiaux que sont les inégalités pour pouvoir bâtir un nouvel ordre mondial.
 


Selon Emmanuel Macron, le monde traverse une crise profonde de l’ordre libéral qui est une crise d’efficacité et de principes, et engendre l’émergence d’une nouvelle instabilité du monde.

Face à ce constat, il faut bâtir "un nouvel ordre mondial" structuré autour de 3 principes :

  • Le respect des souverainetés.
  • Le renforcement des coopérations régionales.
  • Des garanties internationales plus robustes, grâce à une meilleure gouvernance mondiale.
L’articulation entre respect des souverainetés et coopération est d’autant plus essentielle que l'on assiste à un retour des peuples et de leur imaginaire, et que, partout, certains tentent d’utiliser cet imaginaire pour aller contre l’universalité de nos valeurs.
 

Or "seule l’action collective permet de préserver la souveraineté des peuples qui nous ont donné mandat", pour faire face aux défis qui nous attendent, notamment en matière migratoire, climatique et numérique. Cette méthode a déjà montré son efficacité, notamment en Syrie (groupe d’Astana, Small group), en Libye (conférence internationale organisée en mai dernier à l’Élysée) et dans la lutte contre le terrorisme (G5 Sahel, coopération pour lutter contre le financement du terrorisme).

La lutte contre les inégalités

Il n'est pas seulement nécessaire de coopérer pour lutter contre les déséquilibres mondiaux. Il nous faut aussi coopérer pour lutter contre leurs causes profondes, que sont les inégalités :

  • Les inégalités de destin, en investissant dans l’éducation (ce que la France a fait en décuplant sa contribution au Partenariat mondial pour l’éducation).
  • Les inégalités femmes/hommes (ce que la France fait en ayant fait de ce sujet la grande cause du quinquennat).
  • Les inégalités de santé, notamment face au Sida, au paludisme et aux grandes pandémies.
  • Les inégalités environnementales (45% des émissions de gaz à effet de serre étant aujourd’hui produites par 10% des habitants des pays les plus riches de la planète).

La France et l’Europe doivent être à l’avant-garde de ce combat et agir en tant que véritables puissances médiatrices. Ce sera la priorité de la présidence française du G7 en 2019. Pour le gagner, il faudra travailler tous ensemble. Le Président de la République a ainsi annoncé que la France proposerait un "mécanisme collectif pour travailler ensemble, évaluer, mettre en cohérence nos actions, diffuser les bonnes pratiques", sous l’égide de l’ONU, de l’OCDE et du G7.

Il faut, pour cela, changer de méthode :
  • Revoir les règles commerciales et sociales (une réforme de l’OMC sera engagée au G20 en Argentine, et une réforme de l’OIT lors de son centenaire l’an prochain).
  • Inclure les grands acteurs non étatiques dans le combat, et notamment les grands acteurs du numérique.
  • Faire toute sa place à l’Afrique "pour que son rôle soit moteur dans la recomposition de l’ordre mondial".

Un Forum de Paris sur la Paix pour faire avancer la bonne gouvernance

Dans le cadre des activités célébrant le centenaire de l'armistice de 1918, le Gouvernement s'associe au lancement du Forum de Par... [Lire la suite]
vendredi 28 septembre 2018