Vue sur ordinateur et un portable
8 décembre 2015

Les géants de l'Internet mobilisés dans la lutte contre Daech

Le Gouvernement et 5 grands acteurs d'internet et des réseaux sociaux (Apple, Facebook, Google, Microsoft, Twitter) ont décidé de mettre en œuvre une stratégie de contre-discours contre les activités de Daech en ligne et de pérenniser des dispositifs d'urgence mis en œuvre le 13 novembre, pour toucher une part encore plus significative de la population en cas de nouvel attentat.

Contenu publié sous le Gouvernement Valls II du 26 Août 2014 au 11 Février 2016
 
Manuel Valls et Axelle Lemaire ont réuni, le 3 décembre,  5 grands acteurs de l’Internet et des réseaux sociaux (Apple, Facebook, Google, Microsoft, Twitter) pour une séance de travail au sujet de la lutte contre la radicalisation et le terrorisme. Ensembles, ils ont décidé de travailler à plusieurs chantiers dans les 2 prochains mois avec entre autres, l'élaboration d'une stratégie de contre-discours contre les activités de Daech en ligne et la pérennisation des dispositifs d'urgencepour toucher une part encore plus significative de la population en cas de nouvel attentat.

Le Premier ministre leur a d’abord adressé ses remerciements :
  • Lors des attaques terroristes du 13 novembre, ils ont mis en place des outils pour permettre à des millions de Parisiens, Franciliens et touristes d’être alertés, de recevoir des consignes de prudence, de rassurer leurs proches.
  • Une mobilisation citoyenne massive et spontanée s’est également manifestée sur les réseaux sociaux, notamment autour des opérations #PorteOuverte et #RechercheParis.

Un point d’étape a ensuite été fait sur la coopération entre les services de l’Etat et les acteurs présents :
  • Tous les participants ont souligné une nette amélioration des procédures, particulièrement efficaces en cas d’urgence.
  • Il a par exemple été souligné que, depuis le 13 novembre, toutes les demandes transmises par les autorités françaises (retraits de contenus) avaient pu être traitées en moins de 90 minutes.
Diverses pistes ont été explorées pour améliorer encore cette coopération car la lutte contre le terrorisme et la radicalisation est un combat qui exige de s’adapter en permanence. Aussi,  il a été décidé de mener dans les deux prochains mois des travaux conjoints visant notamment à :
  • Pérenniser et compléter les dispositifs d’urgence mis en oeuvre le 13 novembre, afin de pouvoir toucher une part encore plus significative de la population en cas de nouvel attentat ;
  • Définir et mettre en œuvre une stratégie offensive de contre-discours qui cible spécifiquement les activités de Daech en ligne ;
  • Apporter le concours des développeurs et experts des entreprises du numérique pour élaborer des outils
    qui faciliteront l’implication de la société civile dans la lutte contre la propagande terroriste.
Les participants ont convenu d’un prochain point d’avancement fin janvier.