Interpellations en ville par des policiers
28 janvier 2015

Interpellations contre les filières djihadistes

Un nouveau coup porté au terrorisme à Lunel. Un rendez-vous important le 30 janvier en Lettonie pour la coopération européenne contre le terrorisme.

Contenu publié sous le Gouvernement Valls II du 26 Août 2014 au 11 Février 2016
 

Un nouveau coup a été porté au terrorisme : 5 individus suspectés d’être impliqués dans une filière djihadiste ayant permis l’acheminement en Syrie de plusieurs jeunes Français ont été interpellés mardi 27 janvier à Lunel et ses environs, dans le département de l’Hérault. Si leur implication est confirmée, une filière particulièrement dangereuse aura été démantelée.

Les individus arrêtés, âgés de 26 à 44 ans et actuellement en garde à vue, sont suspectés de participation active à une filière djihadiste, dont les membres ont recruté et endoctriné plusieurs jeunes Français originaires de Lunel. En effet, depuis un an, plus de 10 d’entre eux ont quitté Lunel pour la Syrie. Parmi eux, plusieurs ont trouvé la mort en Syrie ou en Irak. Mardi 27 janvier, les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) ont également procédé à plusieurs perquisitions.

La détermination des pouvoirs publics est totale pour agir sans trêve, ni pause, à l’intérieur comme à l’extérieur, contre le terrorisme. « Face au terrorisme, nous agissons sur tous les fronts », a déclaré Bernard Cazeneuve. Cela passe notamment par l'union des démocraties : le ministre de l'Intérieur ira le 30 janvier à Riga, en Lettonie, pour faire adopter par tous les ministres de l’Intérieur de l’Union européenne les propositions que la France a formulées à un certain nombre de ses partenaires et qu’ils ont approuvées au sommet réuni Place Beauvau le 11 janvier, en particulier pour avancer vers un PNR européen (« passenger name record »). Le 4 février, il interviendra devant la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen, pour convaincre ses membres de la nécessité de cette mesure. Dans les semaines qui viennent, Bernard Cazeneuve ira enfin aux États-Unis pour agir contre la propagande terroriste en ligne et sur les réseaux sociaux, en rencontrant ses homologues américains ainsi que les grands opérateurs (comme Google, Facebook, Twitter, Microsoft) et les inciter vivement à agir.