Le rapport dans les mains du Premier ministre
20 février 2018

Intégration : donner à ceux qui le veulent toutes les chances de s’insérer

Le député Aurélien Taché a remis au Premier ministre un rapport contenant des propositions "pour une politique ambitieuse d’intégration des étrangers arrivant en France".
 
Ce rapport dresse le bilan de la politique menée depuis de nombreuses années. Les insuffisances de notre système d’intégration sont clairement identifiées. "Pour que la diversité soit toujours une chance pour notre République, nous devons mieux accueillir", a souligné Édouard Philippe lors de la remise du rapport Taché à Lyon.

Le Gouvernement partage le constat établi et reprendra les grands axes des propositions. Un comité interministériel à l’intégration sera réuni dans les prochaines semaines pour valider précisément les suites qui seront données au rapport. Néanmoins, le Premier ministre a d’ores et déjà pris des engagements :

Premier engagement : renforcer l’apprentissage du français

  • Doublement du nombre d’heures d’enseignement (de 200 à 400 heures) ;
  • Extension de l’opération "Ouvrir l’école aux parents", qui consiste à donner des cours de langue aux parents d’élèves primo-arrivants dans l’école de leur enfant ;
  • Révision de la formation civique dans le cadre du contrat d’intégration républicaine (CIR, conclu entre l'État et les personnes ayant vocation à s’installer en France, par lequel elles s’engagent à suivre des formations civiques et linguistiques).

Second engagement : lever les freins à l’insertion professionnelle des personnes accueillies

  • Pour les demandeurs d’asile : "Si après 6 mois, un demandeur d’asile attend encore un retour sur son dossier, mais qu’il veut travailler et qu’il trouve un emploi, autorisons-le à l’occuper", a déclaré Édouard Philippe.
  • Pour les personnes ayant obtenu le statut de réfugié : "Il n’est pas normal [qu’elles] doivent attendre de longs mois […] parce que [leur] carte de résident ne peut pas être délivrée tout de suite […] Si on ne peut pas la délivrer tout de suite, trouvons autre chose."
  • L’ensemble des freins réglementaires ou administratifs qui retardent l’accès à l’emploi seront passés en revue ;
  • Un volet « orientation professionnelle » sera ajouté au CIR.

Cette politique repose sur deux principes : humanité et efficacité

Deux principes résumés ainsi par le Premier ministre : il faut "garantir à ceux à qui nous disons « oui » une vraie chance de s’insérer ; nous assurer que ceux à qui nous disons « non » regagnent leur pays […] une ligne qui refuse aussi bien la peur que l’angélisme."
Le projet de loi qui sera présenté mercredi est un texte solide et équilibré, mais qui a vocation à être encore enrichi, précisé, amélioré, notamment sur la base des propositions du rapport. "C’est le rôle du débat parlementaire", a rappelé le Premier ministre.