Elevage de canards, en France
7 décembre 2016

Influenza aviaire : le niveau de risque est désormais "élevé"

Après la découverte de plusieurs foyers d'influenza aviaire H5N8 dans des élevages du Sud-Ouest, Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, a décidé de placer l’ensemble du territoire national métropolitain en risque "élevé".

Contenu publié sous le Gouvernement Cazeneuve du 06 Décembre 2016 au 14 Mai 2017
 
Le virus hautement pathogène H5N8 a été détecté pour la première fois en France le 27 novembre 2016 sur des canards sauvages dans le Pas-de-Calais, puis le 1er décembre 2016 dans une exploitation de canards située dans le Tarn. Mais certains foyers découverts sur la faune sauvage ces derniers jours se situaient en dehors de ces zones.

Ce constat, ainsi que l’évolution rapide de la situation sanitaire dans plusieurs pays d’Europe, a motivé le choix du ministre de relever le niveau de risque. En effet, de nombreux cas ont été déclarés en Europe ces dernières semaines sur des oiseaux migrateurs mais également dans des élevages de volailles.

Pour rappel, le niveau de risque avait déjà été relevé de "négligeable" à "modéré" sur tout le territoire national en novembre, et à "élevé" dans les zones humides situées sur la route des oiseaux migrateurs, sur la base d’un avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

Le risque "élevé" entraîne la mise en place de mesures de protection renforcées sur l'ensemble du territoire national :
 
  • l’obligation de confinement ou de pose de filets permettant d'empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages pour tous les élevages commerciaux de volailles (sauf dérogation précisée par arrêté) et toutes les basses-cours (sans dérogation possible) ;
  • l’interdiction de tout rassemblement de volailles vivantes, et en particulier des marchés de volailles vivantes (sauf dérogation) ;
  • l’interdiction de lâchers de gibiers à plume sur tout le territoire national. Les lâchers de faisans et de perdrix peuvent néanmoins être  autorisés sous certaines conditions.
Enfin, le ministère rappelle qu’en parallèle de ces dispositions, des mesures de biosécurité strictes doivent être respectées dans toutes les exploitations de volailles et par toutes les personnes susceptibles de rentrer dans les élevages de volailles du territoire national.

Pour en savoir plus, l'ensemble des mesures et les dérogations sont détaillées ici, dans la rubrique Gestion des nouveaux cas H5N8.