Entreprises
16 décembre 2016

Formation : l'État compte prolonger le plan 500 000 formations jusqu'à mi-2017

Au 1er semestre, les entrées en formation ont concerné 400 000 personnes à la recherche d’un emploi.
Contenu publié sous le Gouvernement Cazeneuve du 06 Décembre 2016 au 14 Mai 2017
 
Myriam El Khomri et Clotilde Valter ont fait un point d'étape, le 8 décembre 2016, sur le plan 500 000 formations supplémentaires lancé en mars dernier, devant les représentants des conseils régionaux, dans une délégation conduite par Philippe Richert, président de l'Association des régions de France, et les représentants des partenaires sociaux.

Des résultats positifs

Les participants ont salué la dynamique actuelle du plan qui, grâce à la mobilisation des services de l’Etat, des conseils régionaux, des partenaires sociaux, de Pôle emploi et de tous les acteurs de terrain, se traduit par un volume d’environ 945 000 actions engagées ou réalisées : 640 000 entrées en formation au 30 septembre (chiffre disponible le plus récent) ;
  • 200 000 inscriptions en stage intervenues depuis cette date ;
  • 60 000 accompagnements à la création d’entreprise à fin novembre ;
  • 45 000 contrats de professionnalisation pour des personnes en recherche d’emploi. 

Premier rapport d'évaluation en 2017

Les conseils régionaux, les partenaires sociaux et l’Etat ont exprimé le souhait unanime que le plan fasse l’objet d’une évaluation précise permettant d’en tirer tous les enseignements. La proposition de méthode présentée par l’Etat pour engager rapidement cette évaluation fera l’objet d’échanges entre les partenaires dans les toutes prochaines semaines et sera présentée au CNEFOP début 2017. L’évaluation donnera lieu à un premier rapport en juin-juillet 2017.

2017 : L'Etat va prolonger son effort

Dans ce contexte, Myriam El Khomri et Clotilde Valter ont exposé la proposition de l’Etat de prolonger son effort exceptionnel de financement sur les six premiers mois de 2017, les résultats de l’évaluation permettant alors de prendre des décisions pérennes pertinentes.
 
Cette prolongation sera financée par un redéploiement de crédits entre les deux grands volets du plan d’urgence pour l’emploi, l’aide à l’embauche PME d’une part, qui sera désormais déployée sur les six premiers mois de 2017, et le plan 500 000 formations supplémentaires d’autre part. Les ministres ont invité tous les acteurs du quadripartisme à s’associer à cette démarche de prolongation du plan, sur les mêmes bases qu’en 2016.
 
Elles ont proposé que s’engage rapidement un travail fin d’analyse de l’exécution du plan et des modalités de poursuite région par région. Sans attendre les résultats de l’évaluation, les avenants aux conventions 2016 devront intégrer des exigences qualitatives renforcées. Parallèlement, en accord avec eux, une négociation va s’ouvrir très vite entre l’Etat et les partenaires sociaux sur les modalités de leur participation à l’effort de formation des personnes en recherche d’emploi. A l’issue de cette réunion, il appartient désormais à chacun des conseils régionaux d’indiquer s’il souhaite s’engager dans la poursuite du plan sur les bases proposées.
 

Septembre  2016 : l'ensemble des régions couvertes

Le plan "500 000 formations supplémentaires pour les demandeurs d’emploi" est, en septembre 2016, en place dans l’ensemble des régions.  "Une  étape importante a été franchie", a déclaré le président de la République, le 12 septembre 2016.
Au 1er semestre, les entrées en formation ont concerné 400 000 personnes à la recherche d’un emploi. C’est un succès : sur ces 400 000 personnes, près de 30% des bénéficiaires ont moins de 25 ans et un quart ont plus de 45 ans, conformément aux objectifs initiaux.

L’objectif est désormais de passer de 500 000 demandeurs d’emploi formés chaque année à 1 million. De nouvelles formations aux métiers émergents seront ainsi proposées, notamment dans les domaines du numérique et de la transition énergétique.
                                                                                                           
Ce plan représente une mesure structurelle fondamentale pour renforcer l’accès à la formation des demandeurs d’emploi, pour pourvoir les emplois disponibles qui ne trouvent pas preneurs, pour saisir les nouvelles opportunités liées aux secteurs en expansion et pour orienter vers la création d’entreprise.  Il permet de prolonger l’effet de la loi du 5 mars 2014 sur la formation. Avec la mise en place du compte personnel d’activité, le 1er janvier 2017, ce plan doit permettre à la France de se rapprocher des meilleures pratiques européennes en matière de formation de demandeurs d’emploi.

En France, 10% des demandeurs d’emploi sont formés chaque année, contre 20% en Allemagne et 30% au Danemark ou en Autriche.