Le président Emmanuel Macron pendant sa présentation de la consultation citoyenne sur l'Europe à Epinal
18 avril 2018

Europe : construire une nouvelle souveraineté

Lors d'un discours au Parlement européen le 17 avril 2018, le Président de la République a exposé sa vision de la refondation européenne et a lancé le soir même à Épinal les consultations citoyennes sur l’Europe. Il rencontrera la chancelière allemande Angela Merkel le 19 avril à Berlin.
 
C’est la première fois que le Président s’exprimait devant le Parlement européen. Son intervention s’inscrit dans la lignée des discours fondateurs d’Athènes (7 septembre 2017) et de la Sorbonne (26 septembre 2017), dans un contexte dont Emmanuel Macron a rappelé les incertitudes et la gravité (Brexit, migrations, montée en puissance de régimes autoritaires, crise syrienne…).

Le Président a appelé à la responsabilité des Européens : "je ne veux pas faire partie d’une génération de somnambules" et livré un plaidoyer en faveur de la démocratie. Face aux désordres du monde, "la réponse n’est pas la démocratie autoritaire mais l’autorité de la démocratie". C’est par la démocratie que l’on ravivera "l’Europe des peuples", alors que moins d’un Européen sur deux s’est déplacé pour voter aux dernières élections européennes.
C’est tout le sens des consultations citoyennes initiées par la France, dans lesquelles les 27 États membres se sont engagés et que le Président a lancé à Épinal.


Il est également nécessaire de construire une nouvelle souveraineté européenne renforcée, ce qui implique de relever plusieurs défis à court terme :
  • les migrations : outre la révision du règlement de Dublin, la France poussera la création d’un programme européen apportant un soutien financier direct aux collectivités territoriales qui accueillent et intègrent des réfugiés ;
  • le numérique, défi face auquel la France soutient la création d’une taxe qui "corrige les excès les plus choquants" dont le produit permettra d’alimenter le budget européen, et face auquel l’UE doit continuer de cultiver une approche singulière, respectueuse des libertés individuelles et des données personnelles, qui fait désormais référence ;
  • l’Union économique et monétaire, qui doit être renforcée par la définition d’une feuille de route qui fasse avancer l’Union bancaire et la convergence au sein de la zone euro grâce à un budget commun ;
  • la culture, qu’il convient de faire vivre, via les universités européennes, mais aussi la protection du droit d’auteur.