Photo de François Hollande entouré des trois citoyens américains et du Britannique auxquels il a remis la Légion d'honneur lundi 24 août 2015.
25 août 2015

Attaque du Thalys

Le Gouvernement, avec la SNCF, va renforcer les dispositifs de sécurisation à bord des trains : numéro de signalement ; renforcement des contrôles aléatoires ; coopération européenne.

Contenu publié sous le Gouvernement Valls II du 26 Août 2014 au 11 Février 2016
 
Dans un train Thalys Amsterdam-Paris, un individu avait décidé vendredi 21 août, de commettre un attentat. Il avait suffisamment d'armes et de munitions pour provoquer un véritable carnage. 2 personnes ont été grièvement blessées, mais sont hors de danger.

La France a tenu à rendre hommage au courage et sang-froid des passagers du train ayant neutralisé l’assaillant.
  • Le chef de l’Etat s'est entretenu samedi après-midi avec le président Obama afin de le remercier au nom de la France pour le courage dont ont fait preuve les ressortissants américains. Les deux présidents ont renouvelé leur détermination à combattre ensemble la violence et le terrorisme sur tous les fronts ;
  • Ce lundi matin, "pour témoigner [de la] reconnaissance" de la France, le président de la République "de façon exceptionnelle, a remis la Légion d’honneur" aux 3 jeunes Américains - Spencer Stone, Alek Skarlatos et Anthony Sadler - et au Britannique Chris Norman ;
  • Deux agents de la SNCF seront également décorés de la Légion d'honneur dans les prochaines semaines, pour leur action lors de l'attaque.
     
"Tout est mis en œuvre pour faire la lumière sur ce drame", a déclaré François Hollande :
  • L’individu fait l’objet d’une procédure judiciaire conduite par le parquet antiterroriste. Il "est actuellement entendu dans le cadre de la garde à vue qui peut durer jusqu’à 96 heures", a annoncé Bernard Cazeneuve le 22 août.
  • Il s’agit d’un individu de nationalité marocaine, âgé de 26 ans, signalé par les autorités espagnoles aux services de renseignement français en février 2014, du fait de son appartenance à la mouvance islamiste radicale. Ce signalement a aussitôt conduit la DGSI à émettre une fiche "S" à l’encontre de cette personne, afin de pouvoir le repérer en cas de contrôle et de détecter son éventuelle venue sur le territoire national ;
  • "L’enquête, en lien avec les services de police et de renseignement européens, devra établir très précisément la traçabilité de son parcours et de ses déplacements."
     
"Chacun le sait, le niveau de menace auquel nous faisons face est très élevé ", rappelle Bernard Cazeneuve. Partout sur le territoire la mobilisation des forces de l'ordre [pour lutter contre ces menaces est totale  :
  • Immédiatement vendredi soir, un télégramme a été envoyé à tous les préfets, pour rappeler les principes de vigilance et de surveillance des gares et de leurs abords sur l’ensemble du territoire national. Ces instructions valent pour l’ensemble des transports : aérogares, stations de métro et de RER, tramways ;
  • Le plan Vigipirate actuellement en vigueur, relevé au niveau maximum en Île-de-France depuis le 7 janvier 2015 sur décision du Premier ministre, se traduit dans les transports par des patrouilles fréquentes dans les gares et aérogares, par la multiplication des contrôles d’identité, l’inspection visuelle des bagages et par la diffusion de messages de vigilance ;
  • Au total, 30 000 policiers, gendarmes et militaires sont affectés à la protection de 5 000 lieux sensibles sur l'ensemble du territoire, dont les gares et aéroports. Concrètement le plan Vigipirate représente 7 000 militaires mobilisés dans le cadre de l’opération Sentinelle, mais aussi la mobilisation de l’ensemble des forces de l’ordre. La sécurisation dans les transports est aussi assurée par les services de sécurité de la SNCF et de la RATP, également armés, composés respectivement de 3 000 et 1 250 agents, ainsi que par un important dispositif de vidéosurveillance. 
Le Premier ministre s’est entretenu samedi avec Guillaume Pepy, président du directoire de la SNCF, pour faire le point et encore améliorer les dispositifs de sécurisation mis en place à bord des trains :
  • La SNCF renforcera le nombre et la visibilité des messages de vigilance dans les gares car, à l’exemple de l’attaque du Thalys, la sécurité dans les transports repose aussi sur la vigilance des citoyens ;
  • Elle mettra également en place un numéro national de signalement des situations anormales, auquel répondront des personnels spécialement formés ;
  • Les contrôles aléatoires sur les bagages dans les trains seront renforcés : c’est "une des réponses dissuasives et adaptées à la menace terroriste", a expliqué Alain Vidalies ; "il n’a bien entendu jamais été question de prôner la moindre méthode discriminatoire".
Le Gouvernement est en contact permanent avec "les pays voisins ayant des liaisons ferroviaires transfrontalières avec la France, afin de renforcer les dispositions déjà prises relatives à la sécurité dans ces trains."