2 juillet 2020

Après une forte mobilisation pendant la crise sanitaire, la CILPI revient à ses missions premières en soutenant les transformations de foyers de travailleurs migrants.

Pendant la période de crise sanitaire, la CILPI a mobilisé tous ses moyens, avec sa cellule de veille et d’alerte, pour limiter les risques de contamination chez les résidents des foyers et faciliter, le cas échéant, leur prise en charge médicale. Cette période a confirmé l’urgence d’achever le plan de traitement des foyers de travailleurs migrants (FTM) : ces structures collectives, dégradées, souvent sur-occupées sont peu compatibles avec l’application des mesures de prévention sanitaire.
 
Le mercredi 1er juillet 2020, la Commission interministérielle, présidée par le Délégué interministériel à l’hébergement et au logement, a étudié 4 projets de transformation de foyers de travailleurs migrants en résidences sociales engageant 52,1M€ de travaux.

Cette reprise d’activité revêt des enjeux particuliers, puisque la transformation du foyer du Luc en Provence (83) a fait partie des opérations présentées. Ce foyer de travailleurs migrants a été durement affecté par la Covid19. Les résidents sont tous des Chibanis, d’anciens travailleurs migrants âgés et dont beaucoup ont la santé fragile. La transformation du foyer en résidence sociale leur permettra de bénéficier de logements individuels et d’un accompagnement social adapté.

 

Un projet sur mesure dans le respect des besoins des résidents

 
Pour faciliter leur adaptation, la future résidence sociale sera construite sur le site de la commune. Le projet social est particulièrement innovant. En effet, le gestionnaire, API Provence, a impliqué de nombreux acteurs locaux (CAF, MSA, CARSAT, CCAS) dans sa construction. Ce partenariat fort, mis en place en amont de la transformation du foyer, permettra aux résidents de bénéficier d’un accompagnement global (santé et accès aux droits) et d’éviter les ruptures de parcours.