Anne-Odile : "je suis toujours en chemin"

 
Photo d'Anne-Odile de la Fortelle
Anne-Odile de la Fortelle est née à Paris. Elle a 28 ans quand, en 2008, ses pas la conduisent dans la Creuse. Son désir ? Vivre au sein de la nature et de ses grands espaces. "J'avais envie d'ouverture, de quelque chose d'horizontal avec des paysages et des arbres" pour être "en accord avec moi-même." Son point de chute sera Felletin, une commune de 1 700 âmes, à mi-chemin entre Limoges et Clermont-Ferrand, au pied du parc naturel régional des Millevaches.
 
Actuellement médecin urgentiste au Samu de Guéret, chef-lieu de la Creuse, elle projette prochainement d'ouvrir un centre de santé où seront dispensés, outre des soins de médecine conventionnelle, des approches alternatives comme l'ostéopathie et l'acupuncture.  Cette idée esquissée, dix ans plus tôt avec un ancien ami de la faculté de Médecine de Paris, refait ici surface. C'est en 2006, en Inde, qu'Anne-Odile découvre l'acupuncture dans le cadre d'un  programme de recherche en anthropologie de la santé à Pondicherry, où elle a effectué un travail d'observation chez un médecin ayurvédique et acupuncteur à Chennai , capitale de l'État du Tamil Nadu, au sud-est du pays. De retour en France, elle se forme quelque années plus tard à l'acupuncture.

Le centre de santé comportera à terme un lieu associatif où seront dispensées des pratiques de bien-être comme le yoga,  le sport, la méditation, des cours de cuisine, etc. "Ces pratiques  seraient prescrites dans un parcours de soins avec une prise en charge", explique-t-elle. Ce qui l'intéresse c'est le "caractère innovant et créatif" de cette approche de "santé intégrative" qui élargit la notion de santé au-delà de son aspect curatif.
 
Anne-Odile doit son désir d'entreprendre à ses nombreux points de chute dans le monde. Fille de diplomate, elle a eu l'occasion, au gré des affectations de son père,  de connaître de nombreux pays. Elle a vécu en Allemagne, en Arabie Saoudite, en Corée du sud… 

Ce goût du voyage, qu'elle partage avec Aurélien, son compagnon, va les conduire pour un périple vers la Mongolie, en 2011. Parti de la Creuse, le couple ne choisit pas la voie la plus rapide, mais "la plus méditative". Au rythme de la marche, en voiture, par train ou bateau, ils traversent l'Europe jusqu'en Grèce et rejoignent la Turquie. Ils traversent le couloir caucasien par la Géorgie et embarquent dans le Transsibérien en Russie, direction la Mongolie.

Six mois se déroulent avec pour théâtre les steppes infinies, à la rencontre des réalités humaines si diversifiées qu'offre le pays de Gengis-Khan. Anne-Odile et Aurélien vont rester huit mois en Mongolie dont cinq à parcourir le pays à cheval, l'autre passion d'Anne-Odile. Durant ces quatorze mois, leurs yeux mais leur coeurs s'ouvrent à un univers à mille lieux de leurs savoirs acquis.

Ce voyage est à l'image des multiples dépaysements qui auront permis à Anne-Odile de s'imprégner d'autres manières de vivre et de penser et de faire sien l'adage de Marcel Proust de "voir le monde à travers les yeux des autres." Anne-Odile est "toujours en chemin." Toujours en quête de progression, elle mûrit petit à petit son projet de centre de santé pluridisciplinaire qui ouvrira fin 2018. 

 
Portrait réalisé par Patrick Do Dinh