Un ours polaire
Source : AFP

Une stratégie globale et d'équilibre pour les pôles de la planète

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Jean Castex.

Publié 05/04/2022

La France vient d'adopter sa stratégie polaire à horizon 2030. Objectif : protéger les équilibres entre les pôles de la planète pour en préserver l'avenir.

Partager la page

Proposer des réponses, des actions et des moyens à l’échelle de la France, de l’Europe et de la communauté internationale pour lutter contre les dérèglements climatique et géopolitique.

C'est dans cette optique que la France vient d'adopter une stratégie pour les pôles terrestres afin de préserver l'avenir et la biodiversité de la Terre
Le Premier ministre a reçu jeudi 31 mars cette feuille de route intitulée « Équilibrer les extrêmes ». Elle lui été remise et présentée par M. Olivier Poivre d'Arvor, ambassadeur chargé des pôles et des affaires maritimes. Voici ce qu'il faut en retenir.
Cette première stratégie polaire de la France sera déployée et suivie dans le cadre du Comité interministériel de la Mer qui deviendra le Comité interministériel de la Mer et des Pôles (CIMER-POLES).
Voici entre autres les principaux axes.

Une conférence internationale sur les pôles

Cette conférence internationale sur les pôles se tiendra au printemps 2023 et réunira tous les acteurs prêts à s’engager sur les sujets scientifiques et climatiques ainsi que sur la gouvernance des pôles.

Une « décennie des mondes polaires » sera aussi organisée de 2025 à 2035 afin de donner aux scientifiques les moyens de mieux comprendre les mécanismes à l’œuvre aux pôles.

De même, un Comité interministériel pour les pôles est prévu pour déployer la stratégie aux niveaux national et international, complété par un délégué interministériel chargé de l'exécution des décisions prises.

Une politique éducative et culturelle

Une véritable politique éducative et culturelle à destination de tous les publics recourant à l'ensemble des outils disponibles : enseignements, publications, événements, programmes culturels, fonds cinématographiques, échanges internationaux…

Cette ambition implique la participation d'instituts spécialisés comme l'Institut polaire français, avec des missions élargies englobant la coordination scientifique à l'échelle française et internationale, l'appui technique et logistique aux actions de recherche déployées sur les deux pôles en renforçant sa présence en Arctique, ainsi que la médiation culturelle.

Enfin, le renforcement de la présence française en Arctique suppose le triplement des moyens dédiés, permettant notamment la participation à un Erasmus Blanc et au Conseil de l'Arctique.

Un projet de recherche sur dix ans

Enfin, la stratégie polaire française dessine un grand projet de recherche sur dix ans permettant d'évaluer le risque de déstabilisation des glaciers.

Cette recherche sera opérée aux échelons européen et international afin de porter un réseau de programmes, de stations scientifiques et d’équipements maritimes suffisants et exemplaires. En évitant, par exemple, l’artificialisation des espaces polaires ou en réduisant l’impact environnemental des stations scientifiques.