Sirius Space, une start-up qui veut décoller

Publié 21/07/2022

Stimulée par les soutiens financiers de France 2030, la jeune pousse française s’est lancée dans le secteur des mini-lanceurs réutilisables. Présentations.

Partager la page

Un lanceur de l'entreprise Sirius Space.
Source : Sirius Space
Avec une enveloppe de 54 milliards d'euros, France 2030 veut donner les moyens de ses ambitions à l'Hexagone. De l'agriculture aux calculateurs quantiques, en passant par le secteur énergétique, plusieurs domaines stratégiques sont concernés. Et le volet spatial n'est pas en reste, avec une enveloppe de 1,5 milliard d’euros.

France 2030 • Un nouvel espace

Doté de 1,5 milliard d’euros, le volet spatial de France 2030 est construit autour de deux priorités : rattraper le retard sur certains segments de marchés clés comme les lanceurs réutilisables ou les constellations, et investir dans les nouveaux usages.

Je découvre les grands pôles de la stratégie spatiale
C’est ainsi que la société Sirius Space a été lauréate de l'appel à projet (AAP) « Mini et micro-lanceurs », lancé en décembre 2021 et dont la seconde relève devrait prochainement révéler de nouveaux lauréats.

La jeune société basée dans les Yvelines et fondée en 2020 est passée avec succès devant un jury composé de Bpifrance, du Centre national des études spatiales (CNES) et de plusieurs experts de haut niveau, qui lui ont permis de décrocher une aide dans le volet « amorçage » de cet appel à projets.
Des fusées réutilisables d’ici 2025 ?

Antoine Fourcade, PDG et cofondateur de Sirius Space Services, nous explique comment rendre l’accès à l’espace plus durable.

Des satellites légers mais très performants

Sirius Space propose de développer un futur micro-lanceur réutilisable pour mettre en orbite de petits satellites, seuls ou en constellations, et contribuer entre autres aux systèmes de navigation. Il sera propulsé par des moteurs utilisant comme ergol un mélange d'oxygène liquide et de méthane.
Entré en phase de test sur un site d'Ariane Groupe, le lanceur Sirius-1 promet à terme la mise en orbite basse d'une charge utile de 175 kg.

Le but est d'offrir aux opérateurs de petits satellites les mêmes services de lancement que ceux proposés aux opérateurs de satellites lourds.

La société souhaite élargir par la suite sa gamme de lanceurs en les dotant de boosters supplémentaires et ainsi faire décoller des charges utiles allant jusqu'à 800 kg.

Une empreinte environnementale réduite

La singularité de Sirius Space s'exprime également à travers les procédés industriels mis en œuvre dans la conception du lanceur et sa propulsion.

Avec la fabrication additive métallique, ou impression 3D, de ses moteurs, Sirius Space promet de réduire le nombre de pièces, et donc le coût de sa fusée.

Son empreinte environnementale est également réduite par l'emploi de bio-ergols s’appuyant sur du méthane biosourcé.
Mises bout à bout, ces technologies innovantes doivent permettre à Sirius Space d’optimiser son lanceur et d'abaisser le prix du kilo de charge utile à placer en orbite. Celui-ci serait compris entre 9 000 et 14 000 euros, ce qui placerait Sirius Space dans le groupe de tête des sociétés les plus attractives.
Rendez-vous dans quelques années sur la base de Kourou, en Guyane pour le vol inaugural de Sirius ! 

Le choix de la rédaction