Prévention, nutrition et pratique sportive au programme du 2e comité interministériel pour la santé

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Édouard Philippe.

Publié 25/03/2019

En présidant le 2e comité interministériel pour la santé, le 25 mars 2019, le Premier ministre Édouard Philippe a réaffirmé l’importance des actions actives de prévention en matière de santé, notamment dans le domaine de la nutrition et de la pratique sportive.

Prévention, prévention encore, prévention toujours ! Le Gouvernement a fait de la prévention active une priorité. Comme le souligne Agnès Buzyn, " trop longtemps centré sur les soins, notre système de santé a délaissé la démarche préventive en la limitant le plus souvent à des actions d’informations des publics ".
La ministre souligne pourtant que la " mortalité prématurée est souvent évitable en agissant sur les facteurs de risque et les déterminants socio-environnementaux tout au long de la vie et le plus vite possible".
D’où un changement de stratégie de la part du Gouvernement il y a un an, avec un 1er comité interministériel axé sur les actions de prévention.

Prévenir, c’est guérir

Ce 1er comité interministériel s’était attaché à identifier les principaux risques et les meilleurs moyens de les prévenir pour toutes les tranches d’âge . Avec à la clé un plan complet et méthodique comprenant plusieurs décisions fortes :
  • Le remboursement des substituts nicotiniques pour accompagner la hausse du prix du tabac.
  • La reconnaissance du caractère obligatoire de 8 vaccins.
  • Le redéploiement des vingt visites obligatoires pour les enfants âgés de 0 à 18 ans.
  • La vaccination contre la grippe expérimentée dans les pharmacies.
  • Lancement du service sanitaire qui mobilisera chaque année 50 000 étudiants en santé dans des actions de prévention.
Un plan qui a porté ses fruits. Les effets positifs de ces mesures sont déjà visibles :
  • Le nombre de fumeurs a baissé de 1,6 million depuis 2016.
  • La couverture de la vaccination hexavalente (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, Haemophilus influenzae de type B et hépatite B) a augmenté de 93% à 98% selon les premières estimations.
  • L’expérimentation de la vaccination contre la grippe a été un succès, ce qui permettra au Gouvernement d’en généraliser le principe à partir du mois d’octobre 2019.
  • Plus de 100 entreprises se sont engagées sur le Nutri-Score.
  • 63% des élèves ont été formés ou sensibilisés aux gestes de premier secours, soit 15% de plus qu’en 2017.
  • En décembre 2018, on comptait 5 400 lieux d’accueil pour les étudiants en santé du service sanitaire, dont près de 4 000 établissements scolaires.

En 2019, priorité à l’alimentation, la nutrition et l’activité physique

Pour poursuivre ces efforts et amplifier cette dynamique, le 2e comité interministériel de la santé se concentre sur deux axes majeurs de santé : la nutrition et le développement de la pratique sportive. L’alimentation et l’activité physique sont des facteurs reconnus de bien-être et de bonne santé. Ils contribuent à lutter contre des maladies chroniques.
L’objectif est de permettre à tous les Français de :
  • Connaître les bons réflexes alimentaires pour leur santé, d’améliorer la qualité nutritionnelle de tous les aliments transformés et de promouvoir le Nutri-score.
  • Promouvoir et développer la pratique d’activité physique et sportive pour tous et labéliser les maisons sport-santé.
  • Lutter contre l’obésité : la moitié des adultes et 17 % des enfants sont en surpoids.
Le Gouvernement s’est fixé plusieurs objectifs d’ici 2023 pour son action globale sur l’alimentation et l’activité physique :
  • Diminuer de 15% l’obésité et stabiliser le surpoids chez les adultes.
  • Diminuer de 20% le surpoids et l’obésité chez les enfants et adolescents.
  • Réduire le pourcentage de personnes âgées dénutries vivant à domicile ou en institution.
  • Réduire de 20% le pourcentage des malades hospitalisés dénutris à la sortie d’hospitalisation.
En mettant un accent prioritaire sur l’activité physique, l’alimentation et la lutte contre l’obésité, le 2e comité interministériel vise à faire de chaque Français un acteur de sa santé et garantir une égalité réelle entre les patients . Être en bonne santé ne doit pas être le privilège de quelques-uns, mais une véritable chance pour tous.

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !