Logement d’abord, 4 ans de résultats et de mobilisation territoriale pour les personnes sans domicile

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Jean Castex.

Publié 26/10/2021 |Modifié 02/12/2021

Quatre ans après son lancement, le modèle du Logement d’abord a largement progressé dans les pratiques à tous les niveaux, porté notamment par l’engagement des 45 territoires de mise en œuvre accélérée. Sous l’action conjointe de l’ensemble des acteurs de l’hébergement et de l’accès au logement ce sont ainsi plus de 280 000 personnes qui ont accédé au logement entre 2018 et juin 2021 dans le cadre du plan Logement d’abord comme le révèle le dernier bilan publié par la Dihal.

Dans son dernier bilan de la politique du Logement d’abord, la Dihal expose de nouveaux résultats du plan lancé en septembre 2017 permettant un accès rapide au logement, pour des personnes sans domicile, avec un accompagnement adapté à leur souhaits et besoins. Entre 2018 et fin juin 2021, plus de 280 000 personnes sans domicile ont accédé au logement, parmi elles 174 000 ont pu bénéficier d’attributions de près de 79 000 logements sociaux. Sur ce point les attributions de logements sociaux aux ménages sans domicile sont en 2021 en augmentation de 55% par rapport à 2020 et de 15% par rapport à 2019. Par ailleurs ce sont 28 400 places qui ont été nouvellement créées en intermédiation locative depuis 2018 et 5 200 en pensions de famille depuis début 2017. Plusieurs milliers de places de pensions de famille sont actuellement en construction et seront livrées dans les mois à venir.
Au-delà de ces résultats, le bilan de la Dihal s’attache à mettre en avant les actions déployées dans les 45 territoires de mise en œuvre accélérée ainsi que les parcours de bénéficiaires accompagnés vers le logement. Pour Sylvain Mathieu, délégué interministériel pour l’hébergement et l’accès au logement, cette territorialisation du Logement d’abord a toujours été un vecteur de réussite central. Les 45 territoires constituent de « véritables laboratoires d’innovation sociale où collectivités territoriales et services de l’Etat pilotent ensemble un plan d’actions résolument orienté vers la réduction du sans-abrisme, dans le respect des rôles et compétences de chacun ».
Emmanuelle Wargon, ministre chargée du Logement souligne également que la réussite du Logement d’abord est « d’avoir commencé à relever ce défi, de manière collective, pour apporter une réponse globale, cohérente et performante aux situations dramatiques de celles et ceux qui sont aujourd’hui dépourvus de logement. […] Durant ces quatre dernières années le Gouvernement a ainsi investi et s’est donné les moyens de cette transformation : engagements pour la construction de logements sociaux, développement des pensions de famille et de l’intermédiation locative dans le parc locatif privé, ouverture de 80 000 places d’hébergement, renfort des moyens de l’accompagnement social, des accueils de jour, des équipes mobiles professionnelles, essaimage du dispositif «Un chez-soi d’abord» pour un meilleur accompagnement des personnes sans-abri souffrant de troubles psychiques sévères, etc. ».
Emmanuelle Wargon rappelle également que le Service public de la rue au logement, mis en place en janvier 2021, marque une nouvelle étape dans la généralisation de l’approche “Logement d’abord” en France en proposant un nouveau cadred’action pour apporter des réponses plus efficacesdans la lutte contre le sans-abrisme. Il vise à aller plus loin dans la refondation des missions, du pilotage, du fonctionnement et du financement de l’ensemble des dispositifs duparcours des personnes allant de la rue au logementen définissant un cadre d’intervention pour une action publique plus cohérente et plus efficiente dans la lutte contre le sans-abrisme. Pour accompagner son déploiement, le Service public de la rue au logement a été doté d’une feuille de route, présentée en septembre 2021 par Emmanuelle Wargon, ministre chargée du Logement. Cette feuille de route guidera l’ensemble de la politique publique de l’hébergement et du Logement d’abord. Elle est structurée autour de 7 principaux axes déclinés en actions opérationnelles. Elle intègre notamment une démarche de programmation pluriannuelle du secteur Accueil-Hébergement-Insertion qui doit conduire entre autres à l’accélération de la mise en œuvre du Logement d’abord. Ce service public et la feuille de route qui l’accompagne traduisent l’expression d’une volonté d’organiser une réponse agile et efficace, tournée vers la mise en œuvre d’une politique au sein d’un ensemble cohérent d’acteurs qui va du niveau centralau niveau territorial. Il s’appuie sur les acteurs des territoires, avec le pilotage notamment des services déconcentrés de l’État. Le Service public de la rue au logement articule tous les acteurs de la chaîne de l’hébergement et du logement, pour mettre pleinement en œuvre la stratégie nationale du Logement d’abord sur l’ensemble du territoire.

Partager la page