Les établissements et professionnels de santé s'organisent face aux épidémies

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 20/12/2022

Accompagnée de François Braun, la Première ministre a rencontré, le 20 décembre 2022, les directeurs d'établissement et les présidents de commission médicale d'établissements de santé d'Île-de-France, qui s'organisent pour faire face aux épidémies de l'hiver.

Élisabeth Borne a salué l'organisation des établissements hospitaliers et des médecins de ville, sous l'égide de l'Agence régionale de santé (ARS), pour que chaque Français puisse être accueilli en cas de besoin.
Élisabeth Borne à l'Agence Régionale de Santé d'Ile-de-France à Saint-Denis

Intervention de la Première ministre Élisabeth Borne à l’Agence régionale de santé Île-de-France.

Élisabeth BORNE

Le ministre de la santé, François BRAUN a rencontré les responsables administratifs et médicaux de tous les établissements d’Île-de-France. Vous savez que depuis quelques semaines, et spécifiquement actuellement, on fait face à une situation difficile. Et avec les fêtes, cette situation est encore plus tendue.

On est face à 3 épidémies qui se superposent, à la fois l’épidémie de bronchiolite, l’épidémie de Covid et puis une épidémie de grippe qui est particulièrement dure cette année. Et donc tout ça met une pression très forte sur notre système de santé, sur nos établissements de santé et sur tous les professionnels de santé, qui une fois de plus, se retrouvent en première ligne, face à un afflux plus important, nettement plus important que d'habitude de personnes aux urgences et sur les appels au Samu. On est à 20 à 30 % de plus dans les services d'urgences par rapport à la situation habituelle.

Donc on voulait, tout d'abord, avec le ministre, exprimer tout notre soutien, tout notre solidarité à ces personnels qui encore une fois, sont dans des situations difficiles.

Et puis, je voudrais vraiment repasser un message de responsabilité à tous nos concitoyens pour aider ces personnels soignants, on a tous une part, aussi un rôle à jouer et c'est notamment le respect des gestes barrières, le port du masque dès qu'on est dans un espace clos où on est nombreux, comme ici. Donc je vais bientôt remettre mon masque. Mais donc il faut absolument respecter les gestes barrières.

Et puis il y a un appel aussi à la vaccination. On a eu du retard dans la vaccination contre une épidémie de grippe qui pourtant est très forte et qui s'annonce aussi très dure. Donc c'est très important de se faire vacciner. C'est aussi très important de se faire vacciner contre le Covid, de faire son rappel. C'est vrai pour nous tous. Vous savez que c'est gratuit pour tout le monde ce vaccin contre le Covid, donc, a fortiori quand on doit se retrouver en famille, c’est très important d’avoir ces gestes barrières et cette vaccination, c’est comme ça qu’on aidera aussi au mieux les professionnels de santé qui sont à nouveau très sollicités, que je veux à nouveau remercier.

Peut-être dire aussi que ce qu'on a vu ce matin, c'est qu'il y a beaucoup de solidarité entre les établissements. C'est bien le rôle des agences régionales de santé de pouvoir s'assurer que, évidemment, chaque concitoyen qui en a besoin pourra être accueilli. Et cela se joue aussi dans toute la solidarité entre les différents établissements. Bien sûr la médecine de ville sur laquelle on compte aussi, et donc c'est vraiment cette solidarité entre tous les professionnels de santé qui s'organise sous l'égide de l’ARS.

Et le ministre aura l'occasion ce soir d'échanger avec tous les représentants nationaux de ces professions de santé : l'hôpital public, les hôpitaux privés, les cliniques et puis la médecine de ville pour que tout le monde soit sur le pont, malgré cette période de fêtes et face à cette triple épidémie que j'évoquais.

 

Journaliste

Alors RTE a baissé ses prévisions de… (inaudible) c'est une autre question.

 

Élisabeth BORNE

Les gestes barrières et la vaccination, ça ne… On le redit quand même.

 

Journaliste

RTE avait baissé ces risques de tension, d’élevés à moyens, est-ce que ça veut dire qu'on n'aura pas de coupures de courant cet hiver, il n'y aura pas de délestage ?

 

Élisabeth BORNE

Eh bien, c'est la traduction de ce qu'on évoque depuis plusieurs semaines, que les Français ont entendu les appels sur la sobriété. Vous savez que notre consommation a baissé de près de 10 %, ça, c'est nos efforts à tous. Et ça montre que quand on se mobilise tous, c'est efficace. Puis également les remises en service de plusieurs réacteurs. Donc effectivement, les nouvelles prévisions de RTE sont plus optimistes et on peut s'en réjouir.

 

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction