Le fonctionnement d'un vaccin à adénovirus

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Jean Castex.

Publié 30/04/2021

Les vaccins AstraZeneca et Janssen reposent sur la technique dite du « vecteur viral non répliquant », à base d’adénovirus. Explications en dessins.

Il était une fois un vaccin contre le coronavirus basé sur la technique dite du "vecteur viral non répliquant"
Il était une fois un vaccin contre le coronavirus basé sur la technique dite du "vecteur viral non répliquant" / Illustration : Service d'information du Gouvernement
Ce procédé consiste à utiliser un virus inoffensif comme vecteur. Concrètement, il sert de moyen de transport à un fragment d'ADN du coronavirus"
Ce procédé consiste à utiliser un virus inoffensif comme vecteur. Concrètement, il sert de moyen de transport à un fragment d'ADN du coronavirus" / Illustration : Service d'information du Gouvernement
Ce « virus-livreur » est bénin, il provoque tout au plus un rhume. Il est issu de la grande famille des « adénovirus », bien connue des scientifiques"
Ce « virus-livreur » est bénin, il provoque tout au plus un rhume. Il est issu de la grande famille des « adénovirus », bien connue des scientifiques" / Illustration : Service d'information du Gouvernement
Le choix de l’adénovirus varie d’un vaccin à l’autre. La seule règle est d’opter pour un virus sans danger, peu fréquent, voire jamais rencontré par l’homme"
Le choix de l’adénovirus varie d’un vaccin à l’autre. La seule règle est d’opter pour un virus sans danger, peu fréquent, voire jamais rencontré par l’homme" / Illustration : Service d'information du Gouvernement
L’objectif est ainsi d’éviter que les personnes vaccinées aient déjà des anticorps contre le vecteur viral ; cela diminuerait l’efficacité du vaccin"
L’objectif est ainsi d’éviter que les personnes vaccinées aient déjà des anticorps contre le vecteur viral ; cela diminuerait l’efficacité du vaccin" / Illustration : Service d'information du Gouvernement
Par ailleurs, l’adénovirus est modifié pour l’empêcher de se reproduire et d’infecter d’autres cellules. C’est pourquoi on dit qu’il est « non répliquant »"
Par ailleurs, l’adénovirus est modifié pour l’empêcher de se reproduire et d’infecter d’autres cellules. C’est pourquoi on dit qu’il est « non répliquant »" / Illustration : Service d'information du Gouvernement
Une fois sécurisé, l’adénovirus est injecté dans l’organisme et atteint sa cible : une cellule musculaire. Il transporte alors l’ADN du coronavirus jusqu’au noyau de cette cellule"
Une fois sécurisé, l’adénovirus est injecté dans l’organisme et atteint sa cible : une cellule musculaire. Il transporte alors l’ADN du coronavirus jusqu’au noyau de cette cellule" / Illustration : Service d'information du Gouvernement
Ce fragment d’ADN (par un processus similaire à celui de l’ARN messager) fait fabriquer à la cellule, la protéine antigénique responsable du coronavirus"
Ce fragment d’ADN (par un processus similaire à celui de l’ARN messager) fait fabriquer à la cellule, la protéine antigénique responsable du coronavirus" / Illustration : Service d'information du Gouvernement
Cette protéine, étrangère à l’organisme, induit la fabrication d’anticorps protecteurs contre le coronavirus"
Cette protéine, étrangère à l’organisme, induit la fabrication d’anticorps protecteurs contre le coronavirus" / Illustration : Service d'information du Gouvernement
Dorénavant, si le coronavirus entre dans l’organisme, il sera reconnu et rapidement détruit"
Dorénavant, si le coronavirus entre dans l’organisme, il sera reconnu et rapidement détruit" / Illustration : Service d'information du Gouvernement

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction