Le Comité de surveillance des investissements d'avenir présidé par Patricia Barbizet a rendu au Gouvernement son rapport sur France 2030

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 30/06/2023 |Modifié 30/06/2023

À la demande de la Première ministre, Élisabeth Borne, le Comité de surveillance des investissements d'avenir a mené au cours du premier semestre 2023 la première évaluation de France 2030. Achevée vingt mois après le lancement du plan, l’évaluation in itinere s’inscrit dans le cycle de décision publique, en cohérence avec l’exigence de réactivité et d’efficacité portée par France 2030. La Présidente du Comité de surveillance, Patricia Barbizet, a présenté à la Première ministre le 30 juin 2023 les principales conclusions du rapport intitulé: « France 2030 : lancement maîtrisé d’un plan d’investissements à impacts majeurs ».

Le Comité de surveillance a sollicité une équipe d’économistes indépendants pour évaluer les effets de France 2030. Il résulte de l’évaluation que le plan d’investissement devrait avoir des effets de très grande envergure sur l’activité économique. France 2030 devrait augmenter le PIB de 40 Md€ à 80 Md€ et créer 288 000 à 600 000 emplois à l’horizon 2030.
Deux ans seulement après le lancement de France 2030, la mise en mouvement des filières et des écosystèmes d’innovation est manifeste. Les investissements publics facilitent, accélèrent et permettent la transformation de nombreux secteurs, comme l’automobile, l'hydrogène, l'électronique, les nouvelles technologies quantiques ou le nouvel espace.
Au 30 avril, 1 900 projets innovants ont été soutenus, portés par plus de 2 200 acteurs lauréats. Les effets attendus de cette première vague de projets sont importants : 2 000 dépôts de brevets, 40 000 emplois directs créés ou maintenus, 12 000 nouvelles formations diplômantes relatives aux métiers d’avenir ouvertes en 2022 ou 2023 et jusqu’à 4 millions de tonnes de CO2 économisées par an.
Le Comité de surveillance souligne que la réussite du déploiement de France 2030 tient en particulier à un engagement politique majeur, à une gouvernance administrative spécifique et à un cadre financier adapté. Elle tient également à la cohérence des investissements sur l’ensemble de la chaîne de valeur.
L’évaluation indépendante montre que le plan se démarque également par sa démarche territoriale, qui allie l’exigence des investissements à la prise en compte des équilibres géographiques. La mise en œuvre du plan repose ainsi sur la mobilisation des écosystèmes locaux, des collectivités et des services déconcentrés de l’État dans le cadre d’une gouvernance territoriale appropriée.
La mobilisation politique et administrative a permis un déploiement rapide du plan. D’ici fin 2023, près de la moitié des moyens totaux alloués à France 2030 seront engagés. Après un lancement réussi, la nouvelle période qui s’ouvre pour France 2030 peut se concentrer sur les impacts. Pour optimiser les effets du plan dans les années à venir, le rapport formule vingt-quatre recommandations.
Le Comité de surveillance propose ainsi de renforcer la priorisation des investissements et d’accentuer la personnalisation de l’accompagnement. Cet esprit « commando » permettra d’agir encore plus vite et en profondeur. Le Comité recommande également de développer la fonction stratégique de l’État, sa capacité de veille et son travail d’anticipation au service des investissements publics.

Partager la page