France 2030 : La « French AgriTech », au service de l’innovation agricole

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Jean Castex.

Publié 01/09/2021 | Modifié 25/02/2022

Marier le savoir-faire agricole français à la puissance de la « French Tech ». C’est le pari de la « French AgriTech ».

Partager la page

Photo: Getty
Premier pays agricole de l’Union européenne, la France est aussi une terre d’innovation. C’est pourquoi plus de 2,3 milliards d’euros vont être investis dans le secteur agricole dans le cadre de France 2030. La French AgriTech représente une part importante de ces investissements.
Le 30 août 2021, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, et le secrétaire d’État au numérique, Cédric O, ont initié une dynamique afin d'encourager la structuration de la « French AgriTech » et soutenir les innovations au service du monde agricole.

Faisons de la France le berceau mondial de l’AgriTech ! C’est avec tout l'écosystème, des start-ups aux financeurs en passant par les territoires, que nous porterons cette dynamique au service de notre souveraineté agroalimentaire 

Julien Denormandie

Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation
Les grands axes de la stratégie agricole de France 2030 sont les suivants : 

  • Renouvellement forestier et valorisation du bois
  • Accélérer la 3e révolution agricole
  • Structuration des filières alimentaires
  • Soutenir l’innovation et les installations agricoles avec la démarche « entrepreneurs du vivant »
La French AgriTech répond tout particulièrement au 2e axe, la 3e révolution agricole, et vise à soutenir l’innovation, la souveraineté agroalimentaire, et la durabilité, la résilience et la compétitivité de l’agriculture.

Les chiffres clés de la French AgriTech

Les chiffres clés de la French AgriTech
Gouvernement
Trois transformations sont essentielles pour l’agriculture de demain : le numérique, la robotique et la génétique.
La France compte 824 000 agriculteurs et agricultrices.

  • Les trois quarts d’entre eux possèdent au moins un outil robotisé.
  • Une majorité utilise internet dans le cadre de leur profession (81%) et mobilisent des applications sur smartphone et les réseaux sociaux pour échanger sur leurs activités (85%).
  • La moitié utilise des systèmes GPS pour améliorer la précision de leurs travaux.

215 start-ups françaises de l’Agritech et de la FoodTech

La France compte 215 start-ups et entreprises référencées dans le domaine de l'« AgriTech » et de la « FoodTech ». Elle est le premier pays de l'Union européenne en termes de levées de fonds pour ces deux domaines et le cinquième au niveau mondial.
L’objectif de la « French AgriTech » est de faire de la France une grande maison pour les champions mondiaux de la Tech et soutenir le développement d’initiatives sur l’ensemble du territoire.
Les champs d’actions de l’« AgriTech » et de la « FoodTech » sont les suivants :

  • Permettre une meilleure adaptation au défi du changement climatique ;
  • Accélérer l’implémentation de pratiques durables et agroécologiques ;
  • Accompagner la vie économique d’une exploitation agricole et faciliter le quotidien ;
  • Développer des modes de consommation plus durables ;
  • Encourager le développement de nouvelles ressources agricoles et alimentaires.

Le volet agricole de France 2030 représente 2,3 milliards d’euros

France 2030 prévoit d’investir plus de 2,3 milliards d’euros pour l’ensemble de sa stratégie agricole. En effet, le 6e objectif du vaste plan d’investissement, annoncé par le président de la République Emmanuel Macron le 12 octobre 2021, est consacré à une alimentation saine, durable et traçable.
Dans le cadre de la French AgriTech, deux appels à projets ont été publiés en novembre 2021 par Bpifrance visant les start-ups de la Food Tech et de l’Agri Tech :

  • « Innover pour réussir la transition agroécologique » ;
  • « Répondre aux besoins alimentaires de demain ».
Quatre nouveaux appels à projet se sont ajoutés en décembre 2021 et en février 2022 dans le cadre du plan France 2030 :

  • « Développer les protéines végétales et diversifier les sources de protéines » (géré par l’Agence nationale de recherche) ;
  • « Démonstrateurs territoriaux des transitions agricoles et alimentaires » (géré par la Banque des Territoires) ;
  • « Financement des préséries d’agroéquipements automatisés ou intelligents » (géré par Bpifrance) ;
  • « Produits biosourcés et biotechnologies industrielles » (géré par l’ADEME).
Les deux derniers appels à projet concernent particulièrement l’innovation agricole. Le « financement des préséries d’agroéquipements automatisés ou intelligents » s’adresse aux acteurs de la robotique agricole mobile, des agroéquipements et des innovations technologiques. Il est doté de 25 millions d’euros sur deux ans.     
L’appel à projet « produits biosourcés et biotechnologies industrielles » est doté de 20 millions d’euros. Il vise à développer le recours aux biotechnologies industrielles et l’utilisation de matières premières biosourcées pour répondre à de nombreux enjeux environnementaux.
Le Gouvernement a également confié l’été dernier à la Ferme digitale (association dont le but est de promouvoir l’innovation entre les secteurs agricole et numérique) la mission d’établir un état des lieux sur les besoins de structuration de l’écosystème « AgriTech » et « FoodTech ».

Pour en savoir plus sur le plan France 2030

Gouvernement.fr

Les détails du plan France 2030