"La France a de nombreux atouts. Parmi ceux-là, il y a la beauté de nos paysages, notre large façade maritime"

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Manuel Valls.

Publié 04/07/2016

Manuel Valls s’est rendu au port de plaisance de Port-Camargue, au Grau-du-Roi, vendredi 1er juillet 2016. L’occasion pour le Premier ministre de présenter la nouvelle mission Littoral 21, confiée à Elisabeth de Portzamparc, Christian de Portzamparc et Laurence Tubiana pour moderniser les infrastructures balnéaires afin de poursuivre et renforcer le dynamisme économique de la région.

"La France a de nombreux atouts. Parmi ceux-là, il y a la beauté de nos paysages, notre large façade maritime" , a déclaré Manuel Valls lors de sa venue à Port-Camargue, accompagné de Carole Delga, présidente de la région Occitanie. "Ce sont des atouts qu’il faut valoriser et aussi – car l’un ne va pas sans l’autre – protéger" , a-t-il ajouté.
Port-Camargue, Gruissan, La Grande-Motte, le Cap d’Agde sont des lieux connus de tous les Français et ils sont souvent "synonymes de vacances, de baignades, du plaisir d’être ensemble."

Une vision, une réussite

Les stations balnéaires sont nées d’une vision, celle de remodeler le littoral, les lidos, les marécages afin d’y construire des stations balnéaires modernes et attractives. "C’était en particulier la vision d’un homme: le général de Gaulle, avec, à ses côtés, un bâtisseur visionnaire, méditerranéen du fond du cœur, Pierre Racine" , a rappelé le Premier ministre.
Ces constructions ont permis un développement économique majeur puisque Port-Camargue est actuellement le premier port de plaisance d’Europe. Le littoral languedocien attire chaque année des millions de visiteurs dans ses vingt stations et ses soixante-dix ports de plaisance. "C’est toute une région qui a été portée par ce projet: développement de la plaisance, des loisirs nautiques, de la pêche, de l’aquaculture… " .
Cependant, des rénovations sont désormais nécessaires. "Malgré cette réussite, il y a besoin, aujourd’hui, d’un nouveau souffle" , a affirmé le Manuel Valls. "Certaines des stations balnéaires ont en effet vieilli." . Le littoral est aujourd’hui confronté à plusieurs enjeux: le lido est fragilisé par l’érosion, l’articulation entre le littoral et l’arrière-pays se doit d’être consolidé et, enfin, la concurrence nationale et européenne est particulièrement forte.
La loi relative au littoral a permis sa préservation, et l’économie de la pêche a su rebondir à la suite des fermetures de pêche du thon rouge. Mais il est aujourd’hui nécessaire que le secteur se développe autour de mesures de gestion responsables.
"L’activité de plaisance est parmi les plus denses en Europe, mais elle doit retrouver une longueur d’avance et accroître les retombées économiques qu’elle représente pour le territoire" , a affirmé Manuel Valls, rappelant l’importance du commerce qui doit aujourd’hui également se renouveler.
Le Premier ministre a également souligné l’importance de concilier la variété des usages et la préservation des espaces naturels sensibles. "Le trait de côte est soumis à une forte érosion: il faut assurer la protection du littoralsur 215 kilomètres de rivages. "

Une nouvelle ambition pour le littoral languedocien

Une feuille de route a été mise en place. Elle concerne le tourisme durable, l’affirmation de l’identité méditerranéenne, ainsi que la valorisation du patrimoine culturel et historique de l’arrière-pays.
Une "mission littoral 21" a donc été confiée à Elisabeth de Portzamparc et Christian de Portzamparc, architectes, qui possèdent une "vision assumée des liens entre urbanisme, architecture et écologie " ainsi que Laurence Tubiana, ambassadrice de la France lors de la COP 21 et spécialiste des questions climatiques. Tous trois sont chargés d’animer un groupe d’experts.
"Le but: aller vite pour déterminer, d’ici à l’automne, les outils juridiques et financiers nécessaires", a expliqué Manuel Valls. " Je signerai une lettre de mission en ce sens dans les prochains jours " .
"État et région avanceront main dans la main, dans le cadre d’un partenariat fort incluant l’ensemble des acteurs locaux." Cette mission devra s’appuyer sur le Parlement de la mer, mis en place récemment, et elle pourra également compter sur le soutien des services de l’État et de la Caisse des dépôts et consignations. Enfin, elle s’appuiera sur des moyens interministériels territorialisés au service de ce projet.
"Je pense bien sûr aux nombreux touristes qui viendront profiter du littoral et de l’arrière-pays; je pense au développement économique engendré par ces investissements; mais je pense surtout aux habitants de ce beau territoire, de cette belle et grande région " , a déclaré Manuel Valls.
Le Premier ministre a réaffirmé la volonté du Gouvernement d’agir en faveur de cette nouvelle France des territoires. "Si, avec le président de la République, nous avons voulu cette nouvelle France des territoires, c’est notamment pour que des initiatives de cette nature aient lieu, pour qu’en fédérant les ressources, chacune des grandes régions puisse pleinement se prendre en main et affirmer son identité" .
"C’est la belle mission qui vous attend tous ici. Je dirai donc simplement: au travail!" , a conclu le Premier ministre.

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction