Fret ferroviaire : une aide de 170 M€ par an jusqu’en 2024

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Jean Castex.

Publié 13/09/2021

Doubler la part des marchandises transportées par le rail en France d’ici à 2030 : c’est l’objectif du Gouvernement qui annonce 170 M€ annuels jusqu’en 2024 pour soutenir l’exploitation des services de fret ferroviaire.

Partager la page

Photo : SNCF
Le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé ce lundi 13 septembre 2021 un nouveau plan de soutien au fret ferroviaire de 170 M€ tous les ans jusqu’en 2024, à l’occasion de la Semaine de l’innovation, du transport et de la logistique (SITL) , réunissant l'ensemble des professionnels du transport.
Inscrits dans le projet de loi de finances 2021, ces 170 millions d’euros d’aide à l’exploitation se rapportent à :
  • la prise en charge à hauteur de 50 % des péages dus par les opérateurs de fret à SNCF Réseau ;
  • 70 M€ pour les wagons isolés ;
  • 47 M€ pour l’exploitation des services de transport combiné ;
  • 15 M€ pour les autoroutes ferroviaires.

Ce soutien à l'exploitation sera pérennisé sur les trois prochaines années (...), rien que pour soutenir les opérateurs. C'est un engagement fort et inédit.

Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la Transition écologique, chargé des Transports > Son discours

Doubler la part du fret ferroviaire d’ici à 2030

La stratégie nationale comprend 72 mesures et vise le doublement de la part modale du fret ferroviaire d'ici à 2030 . Un objectif inscrit dans la loi climat.
Jean-Baptiste Djebarri a également mis en avant le caractère écologique de ce moyen de transport de marchandises.

[Ce moyen de transport] fait moins de bruit, entraîne moins d'accident, moins de pollution, moins de congestion et moins d'émissions de gaz à effet de serre.

Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la Transition écologique, chargé des Transports

Les mesures déjà mises en œuvre

L’État a engagé depuis 2015 un grand programme de renouvellement du matériel roulant des trains d’équilibre du territoire (TET) d'un montant de 3,5 Mds € : ces trains sont mis en place pour assurer un service de grandes lignes rapides entre les principales villes françaises non reliées par la grande vitesse - par exemple Paris-Clermont-Ferrand. Ce programme devrait s’achever à l’horizon 2027.
S’ajoutent 4,7 Mds € du plan de relance qui seront mobilisés pour améliorer la qualité du réseau ferroviaire afin d’augmenter l’offre de trains dans ses différents usages :
  • régénérer et moderniser le réseau national le plus utilisé ;
  • réinvestir, avec les régions, dans les lignes de desserte fine du territoire ;
  • redévelopper des offres de trains de nuit ;
  • investir dans les infrastructures permettant le développement du fret ferroviaire.

4,7 Md€ pour le secteur ferroviaire

Intercités de nuit, fret ferroviaire, hydrogène... Le train, le transport de demain. Lire le dossier

Lire le dossier