France 2030 : Point d'étape de la stratégie « Maladies infectieuses et émergentes (MIE) et menaces Nucléaires Radiologiques Biologiques et Chimiques (NRBC) »

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 09/12/2022 |Modifié 09/12/2022

18 mois après le lancement de la stratégie d’accélération « Maladies infectieuses et émergentes (MIE) et menaces Nucléaires Radiologiques Biologiques et Chimiques (NRBC) », une journée d'échanges était organisée vendredi 2 décembre 2022 à PariSanté Campus. Tables-rondes, présentation des actions et de projets emblématiques par les lauréats France 2030 et réseautage ont rythmé la journée, permis de faire un point d’étape sur l’avancement de la stratégie, et de présenter la feuille de route à venir.

La stratégie d'accélération Maladies Infectieuses Emergentes et menaces NRBC (MIE-MN) a pour objectif de comprendre, prévenir et contrôler les phénomènes d’émergence ou de réémergence de maladies infectieuses, ainsi que de faire face aux menaces NRBC intentionnelles ou accidentelles. Elle vise à renforcer une préparation systémique de l’état face aux risques de survenue d’une nouvelle crise sanitaire majeure, et de développer notre capacité de réponse à l’échelle nationale, en articulation avec l’échelle européenne. Elle s’inscrit dans une approche « une seule santé », intégrant les liens entre les santés humaine, animale et des écosystèmes pour prendre en compte les facteurs qui influencent les conditions et le rythme des émergences. Dotée de 750 millions d’euros, la stratégie s’inscrit dans le volet santé de France 2030 « Innovation Santé 2030 » doté de 7,5 milliards d’euros qui vise à faire de la France la première nation européenne innovante et souveraine en santé.

UNE JOURNÉE SOUS LE SIGNE DE LA STRUCTURATION D’UN ECOSTYSTEME

Scientifiques, médecins, industriels des secteurs santé humaine et santé vétérinaire, ministères, personnalités du domaine, opérateurs et agences, près de 300 participants en présentiel et distanciel, étaient réunis, vendredi 2 décembre à PariSanté Campus, pour mieux se préparer et répondre aux MIE et aux menaces NRBC, susceptibles de générer des crises sanitaires majeures. De prochains RDV seront organisés pour poursuivre les discussions initiées et réunir à nouveau la communauté MIE-MN.
La participation de l’Etat a été saluée avec les représentants des sept ministères impliqués dans la stratégie, ainsi que celle du Pr Autran, qui a présenté les missions et actions du Comité de Veille et d’Anticipation des Risques Sanitaires (COVARS) pour éclairer les décisions publiques.
Cette journée a été dédiée au Dr Thérèse Couderc, virologue, disparue il y a quelques jours, et qui a consacré l’intégralité de sa carrière aux MIE.

DE NOUVEAUX RESULTATS ANNONCÉS POUR LA STRATÉGIE

Le ministre de l’Industrie, M. Lescure, a annoncé le soutien de 15 M d’Euros àla société SpikImm, issue des résultats de l’Institut Pasteuret qui développe des anticorps monoclonaux actifs contre plusieurs variants du SARS-Cov-2 pour la prévention de la COVID-19.
Les lauréats de l’appel à manifestation d’intérêt « Compétences et Métiers d’avenir », annoncés par la Première Ministre, ont décrit les deux Ecoles Universitaires de Recherche (EUR) MIE et l’Institut « Une seule santé » à destination des décideurs qu’ils créeront.
Au total, ce seront près de 80 M d’Euros qui seront engagés d’ici la fin de l’année dans le cadre de la stratégie MIE-MN (¾ de partenaires industriels soutenus étant des PMEs).

DES ACTIONS CONCRÈTES POUR LES AXES DE RECHERCHE ET D'INNOVATION DE LA STRATÉGIE

Les deux Programmes et équipements prioritaires de recherche (PEPR) MIE et PREZODE, dotés de 110 Millions d’euros, pilotés par l’ANRS-MIE et par l’INRAE, l’IRD et le CIRAD, ont annoncé le prochain lancement de leurs appels à projets, ainsi que l’élaboration d’une liste de pathogènes prioritaires pour guider les réponses aux appels à projets. Un évènement de « matchmaking » a été aussi annoncé en prévision des réponses au prochain appel à projets qui soutiendra la recherche partenariale pour le développement de contremesures (200 M d’Euros dont 51 M déjà engagés pour soutenir 15 projets - certains présentés à cet évènement).

DES ACTIONS CONCRÈTES POUR L’AXE INDUSTRIALISATION DE LA STRATEGIE

Les enjeux de la structuration d’une filière de production dans le domaine MIE et menaces NRBC ont été discutés avec des actions en soutien à la production et la relocalisation de produits critiques en cas de crise :
  • L’appel à projet « Capacité et Industrialisation Santé 2030 » (300 M€ pour les MIE-MN) en cours pour sa deuxième vague qui clôturera en janvier 2023;
  • Des mesures pour faciliter l’articulation entre gestion de stocks stratégiques et politique d’achats publics, dans un contexte de marché assurantiel où l’Etat constitue souvent le débouché majeur ;
  • Les projets de relocalisation de production de principes actifs de la société Seqens réalisés grâce au soutien décisif de France 2030, notamment celle du paracétamol qui fait appel à un procédé innovant permettant une forte réduction des externalités environnementale et une capacité de production susceptible de satisfaire un tiers de la demande européenne ;

LA VISION EUROPEENNE ET INTERNATIONALE

Cette journée a également permis de mettre la stratégie française en regard des actions au niveau européen et international, avec le regard du Dr Anne Simon, Directrice de l’Unité Urgences de HERA (l’autorité de préparation et réponse aux urgences sanitaires) et du Dr Sylvie Briand, Directrice du Département Pandémies et Epidémies de l’OMS¸ dans le contexte de la quadripartite OMS-OMSA-FAO-UNEP pour une approche intégrée « une seule santé », ainsi que la présentation du projet Européen BeReady coordonné par l’ANRS-MIE qui établira un agenda stratégique de recherche et d’innovation pour la préparation aux épidémies.

Partager la page