Faire du lycée professionnel un choix d’avenir pour les jeunes et les entreprises

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 05/05/2023

Pour que la voie professionnelle redevienne une voie de réussite, d'excellence et reconnue par tous, le président de la République a annoncé, jeudi 4 mai 2023, des moyens inédits et des mesures fortes pour réformer les lycées professionnels.

Étudiants de lycée professionnel.
Faire réussir la jeunesse et disposer des compétences d'aujourd'hui et à venir.
Le président de la République a présenté la réforme des lycées professionnels à l'occasion de son déplacement en Charente-Maritime.
Cette réforme se fonde sur trois piliers : 
  •  Mieux accompagner chaque lycéen et agir contre le décrochage.
  •  Faire du lycée professionnel un choix d'avenir pour les jeunes et les entreprises.
  • Donner aux équipes éducatives des moyens pour agir.
La réforme a pour objectif : zéro décrochage et 100% d'insertion professionnelle.
À ce titre, 1 milliard d’euros sera investi chaque année dans le lycée professionnel de demain.

Notre ambition collective est claire : mieux insérer les élèves diplômés et mieux accompagner ceux qui souhaitent poursuivre leurs études dans l’enseignement supérieur.

Pap Ndiaye

  • Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse

Les 12 mesures pour faire du lycée professionnel un choix d’avenir pour les jeunes et les entreprises

La gratification est une modalité de valorisation de la voie professionnelle, de l’importance accordée aux temps en entreprise comme temps de formation, ainsi que de la responsabilité du jeune, de l’établissement et de l’entreprise à s’investir dans cette démarche.

Parce qu’en voie professionnelle, les stages sont complémentaires aux enseignements et au développement des compétences, toutes les périodes de stage des lycéens professionnels seront gratifiées par l’État. L’élève effectuera jusqu’à six mois de stage durant sa scolarité.

Pour corriger les fragilités des élèves révélées par les tests de positionnement effectués à l’entrée au lycée, les heures de mathématiques et de français se feront en groupes à effectifs réduits en seconde professionnelle. Ces groupes seront organisés sur la base des résultats à ces tests et en fonction de la progression de chaque élève.

L’organisation du cycle terminal du baccalauréat professionnel (première et terminale) permettra aux élèves de bénéficier de davantage d’heures d’enseignement de mathématiques et de français.

Parce qu’une activité optionnelle constitue un élément d’épanouissement dans les apprentissages, le lycéen professionnel aura l’opportunité de choisir des options dans les établissements volontaires.

Pourraient être envisagés des cours de langue, de codage, d’entrepreneuriat, en mobilisant des partenariats extérieurs et des professeurs volontaires.

Pour soutenir le projet de chaque jeune, l’année de terminale sera transformée et permettra au lycéen :

  • de passer certaines épreuves plus tôt dans l’année scolaire,
  • de disposer d’un accompagnement personnalisé pour mieux comprendre le marché du travail, les attentes des employeurs et connaître les outils et services à sa disposition,
  • de choisir le parcours qui lui correspond et la fin d’année scolaire la plus pertinente compte tenu de son projet professionnel :
    • pour ceux qui envisagent une insertion dans l’emploi dès l’obtention du diplôme : la durée des stages sera augmentée de plus de 50 % ; le dernier stage de l’année ayant vocation à favoriser une insertion directe dans l’emploi,
    • pour ceux qui souhaitent poursuivre leurs études après le diplôme : ils suivront quatre semaines de cours intensifs d’enseignements généraux et professionnels adaptés pour leur permettre d’acquérir les compétences nécessaires à la réussite dans l’enseignement supérieur.

Quel que soit le parcours choisi, chaque élève réalisera 6 semaines minimum de stage durant l’année de terminale. Le temps de stage sera de 6 à 12 semaines au total selon le projet de l’élève.

  1. Tous droits ouverts.
  2. Ambition emploi.
  3. Parcours de consolidation.

Initiée par Sciences Po et Pôle emploi, l’expérimentation AvenirPro a débuté durant l’année scolaire 2021-2022 dans 16 académies pour accompagner les lycéens professionnels dans leur insertion dans l’emploi.

Aujourd’hui, 8 000 élèves de 340 lycées professionnels sont accompagnés dans leur recherche d’emploi par près de 100 conseillers spécialisés de Pôle emploi. Si les résultats définitifs de l’expérimentation sont attendus en 2024, les effets positifs sont déjà ressentis sur la confiance des jeunes et sur la dynamique de recherche de leur premier emploi.

Demain, chaque élève en dernière année de lycée professionnel (CAP et baccalauréat professionnel) qui souhaite s’insérer dans l’emploi après son diplôme bénéficiera des services d’accompagnement de France Travail et ses partenaires. Aux côtés des équipes éducatives, des conseillers spécialisés l’accompagneront dans ses recherches d’opportunités d’emploi, la valorisation de ses compétences et dans sa compréhension des attentes des employeurs.

  • Rénover en profondeur un quart des diplômes existants d’ici la rentrée scolaire 2025.
  • Démultiplier le nombre annuel d’ouvertures et de fermetures de formation.

La spécialisation est une demande forte des élèves, comme des entreprises. Elle permet :

  • aux lycéens de se spécialiser dans un domaine pour multiplier leurs chances d’être recrutés.
  • aux entreprises d’entrer en contact avec ceux qui ont vocation à devenir les futurs candidats au recrutement.

Aujourd’hui, il existe une trentaine de mentions complémentaires différentes permettant une spécialisation des élèves après leur baccalauréat. Ces formations complémentaires bénéficient à 4 500 élèves ou apprentis sur plus de 230 000 élèves en année terminale.

Demain, chaque baccalauréat professionnel offrira au moins une spécialité pour poursuivre ses études avec un Bac +1. De nouvelles mentions complémentaires, appelées spécialisations professionnelles, seront créées. Chaque lycée dialoguera avec les entreprises de son territoire pour ouvrir ces formations complémentaires. Cette année permet de mieux se préparer à un métier, par le parcours proposé et l’expérience acquise en entreprise.

Aujourd’hui, il n’est pas toujours facile pour un élève de lycée professionnel de trouver un stage, faute de réseau professionnel ou d’accompagnement des entreprises à accueillir des jeunes, souvent mineurs, en formation.

Dès la rentrée 2023, la création de 2 100 bureaux des entreprises, un dans chaque lycée professionnel, permettra d’ouvrir un réseau professionnel aux jeunes qui n’en ont pas et de créer un point d’entrée pour chaque entreprise du territoire.

Une campagne de recrutement sera lancée au printemps 2023 pour permettre à chaque lycée d’ouvrir son bureau des entreprises dès la rentrée 2023.

Les missions du bureau :

  • Mise en place et suivi des partenariats avec les acteurs du territoire (recherche de partenaires économiques, liens avec les comités locaux école/entreprise, événements).
  • Organisation des temps de stage et d’alternance (accompagnement des jeunes dans leurs recherches, suivi de leurs stages, retours d’expériences, aide à la mobilité).
  • Intégration de la relation école/entreprise dans les parcours de formation des jeunes (participation des professionnels aux activités de l’établissement).
  • Participation à la préparation des évolutions de l’offre de formation (carte des formations).

À compter de la rentrée, les professeurs du premier ou du second degré pourront s’engager volontairement dans la réalisation de nouvelles missions pour améliorer le service public de l’éducation et répondre aux besoins des élèves.

Au lycée professionnel, ces nouvelles missions, réalisées sur la base du volontariat, permettront de :

  1. Mieux soutenir l’élève et parer à ses difficultés.
  2. Mieux soutenir l’élève et son projet.
  3. Mieux soutenir le lien de l’établissement avec son tissu économique.

En complément de la revalorisation de tous les professeurs à la rentrée 2023, chaque professeur en lycée professionnel pourra prétendre à une valorisation salariale pouvant atteindre 7 500 euros bruts par an, avec des missions adaptées au déploiement de la réforme des lycées professionnels.

Tous les professeurs qui enseignent dans la voie professionnelle sont également concernés par la revalorisation inconditionnelle de l’ensemble des enseignants annoncée par le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Pap Ndiaye, afin :

  • de reconnaître l’importance des missions d’accompagnement et d’orientation des élèves, le montant de la part fixe de l’indemnité de suivi et d’orientation des élèves (Isoe) sera doublé. Tous les professeurs bénéficieront à ce titre d’une hausse de rémunération de 100 euros nets par mois,
  • d’augmenter significativement la rémunération à l’entrée dans le métier. La prime d’attractivité sera revalorisée pour les 15 premières années de carrière, en complément du doublement du montant de la prime statutaire. La hausse de rémunération des professeurs en début de carrière pourra ainsi atteindre 230 euros nets par mois. Conformément à l’engagement pris par le président de la République, une rémunération d’au moins 2 000 euros nets par mois sera ainsi garantie dès la titularisation pour les professeurs, les conseillers principaux d’éducation et les psychologues de l’Éducation nationale.

Aujourd’hui, il n’existe aucune formation spécifique pour les chefs d’établissement de lycée professionnel, qui rencontrent des problématiques différentes de celles de leurs collègues de lycée d’enseignement général et technologique, notamment liées à l’intensité des partenariats avec le monde économique, à la diversité de la voie professionnelle et aux adaptations pédagogiques nécessaires.

Demain, à compter de la rentrée scolaire 2023, tous les chefs d’établissement et leurs adjoints nouvellement affectés en lycée professionnel bénéficieront d’une formation spécifique et adaptée.

Trois exemples de nouveaux contenus de formation à venir :

  • Qu’est-ce qu’une période de formation en milieu professionnel ? (règlementations, actes et conventions, gratification des stages, etc.).
  • Enjeux économiques et place du lycée professionnel dans son écosystème.
  • Prévention et suivi de l’utilisation des matériels/produits et machines-outils dangereux pour les élèves, en atelier et en entreprise

Pour assurer un plein déploiement de la réforme, tous les chefs d’établissement et leurs adjoints des lycées professionnels déjà en fonction pourront également bénéficier de temps de formation et d’échange dédiés aux méthodes de conduite du changement, de direction de projet et d’animation d’un collectif.

Aujourd’hui, des besoins de formation des professeurs en lycée professionnel sont identifiés : l’insertion professionnelle des élèves ; l’interdisciplinarité ; l’égalité filles-garçons ; la culture scientifique et technologique ; le travail collaboratif des enseignants et des élèves, etc.

Demain, la formation des professeurs en lycée professionnel sera profondément renouvelée afin de leur permettre de :

  • répondre aux besoins nouveaux, en lien avec l’évolution de la carte des formations,
  • se former en entreprise ou dans un campus des métiers et des qualifications a minima tous les trois ans (professeurs du domaine professionnel),
  • disposer d’une « trousse des compétences sociales et comportementales » à transmettre aux élèves de lycée professionnel (savoir créer, innover, résoudre des problèmes inédits, décider en situation collective, etc.).
La réforme du lycée professionnel se mettra progressivement en place à compter de la rentrée de septembre 2023.

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction