Edouard Philippe : "Le cap que nous avons fixé est bon, nous allons le tenir"

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Édouard Philippe.

Publié 19/11/2018

Alors que le mouvement des "gilets jaunes" s’est poursuivi dimanche 18 novembre, le Premier ministre s’est exprimé sur France 2.

Partager la page

Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP
Le mouvement des gilets jaunes traduit " de la colère, mais aussi de la souffrance, une absence de perspective, l’idée que les pouvoirs publics ne répondent plus au sentiment de déclassement ", a souligné Édouard Philippe. " Ce malaise, c’est la raison pour laquelle Emmanuel Macron s’est présenté à l’élection présidentielle. […] Je comprends le ras-le-bol fiscal. […] On part de loin. Ça fait 40 ans que les taxes et les impôts augmentent. "
C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’un des engagements du Gouvernement pour le quinquennat, c’est que les impôts diminuent [d’un point de PIB], et de faire en sorte " que la fiscalité pèse plus sur le carbone que sur le travail. "
" Le cap que nous avons fixé est bon, nous allons le tenir. Ce n’est pas quand ça souffle qu’il faut en changer. […] La trajectoire carbone que l’on a fixée, on va la maintenir. " Il faut, a expliqué Édouard Philippe, mieux expliquer ce cap et mieux accompagner les Français. Mais " un Gouvernement qui zigzaguerait n’emmènerait pas la France " où elle doit aller, a conclu le Premier ministre.