Digitalisation et décarbonation des mobilités

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Jean Castex.

Publié 01/07/2021 |Modifié 21/10/2021

 
A l’occasion d’un déplacement dans l’Essonne à l’UTAC le 20 octobre 2021, Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des transports et Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement, ont lancé la stratégie d’accélération « Digitalisation et Décarbonation des Mobilités », dotée d’une enveloppe de 570 M€ du 4e Programme d’investissements d’avenir (PIA4), et en ont dévoilé les grands axes d’actions.

une stratégie ambitieuse et systémique qui s'inscrit dans la continuité des politiques publiques nationales et européennes

Cette stratégie d’accélération a été élaborée en associant les acteurs du secteur des transports, les fédérations, les instituts de recherche et les collectivités. Sont prioritairement visés les objectifs de transition écologique, de compétitivité économique, de cohésion des territoires, de souveraineté et de résilience.
Le secteur des transports et de la mobilité doit faire face à des mutations technologiques, industrielles et de services importantes, liées à la transition écologique et à la révolution numérique, et notamment à l’émergence de véhicules automatisés et connectés. La crise sanitaire a par ailleurs affecté fortement l’ensemble des filières transport françaises, et pourrait avoir des impacts à long terme sur les modèles de marché. Ainsi, les transformations profondes que les transports doivent poursuivre ou engager nécessitent des efforts à intensifier en matière de R&D, en particulier dans le secteur des mobilités routières, pour réinventer des modes de déplacement plus respectueux de l’environnement et adaptés aux besoins des usagers.
Privilégiant l’intermodalité et le déploiement dans les territoires, la stratégie couvre la mobilité des voyageurs et des marchandises. Dotée d’une enveloppe de 570 M€ du 4e Programme d’investissements d’avenir (PIA4), elle prévoit notamment de soutenir l’émergence de plusieurs objets structurants à travers différents appels à projets :
  • Lancé le 28 juillet, l’AMI « Digitalisation et Décarbonation du Transport Ferroviaire » a été est ouvert jusqu’au 30 novembre 2021. Une première relève a déjà eu lieu le 24 septembre, qui a permis d’identifier des projets prometteurs.
  • Lancement de l’appel à projets « Mobilités routières automatisées, infrastructures de services connectées et bas carbone » le 20 octobre dans le cadre du Conseil ministériel pour le développement et l’innovation dans les Transports (CMDIT)
  • Lancement de l’appel à projets « Logistique 4.0 » le 21 octobre dans le cadre du Comité Interministériel à la Logistique (CILOG)
Deux mesures transverses seront également mobilisées dans cette stratégie :
  • Evolutions des pratiques professionnelles, des référentiels et des métiers, notamment en matière d’exploitation et de sécurité. Le dispositif de soutien au développement des compétences et à la formation s’axera notamment autour de la thématique numérique et des objets connectés et d’ingénierie des systèmes complexes.
  • Un Programme et Equipements Prioritaires de Recherche (PEPR) qui visera à progresser significativement dans la connaissance des usages et des impacts, et sur la préparation d’outils destinés aux utilisateurs, donneurs d’ordre et porteurs de politique publique, au premier rang desquelles les collectivités locales, et contribuera notamment sur deux priorités que sont l’analyse de flux de personnes et des biens (physiques) et l’analyse de Cycle de Vie (ACV).

Coordinateur/Chef de file : Xavier DELACHE (MTE-MDT)

Partager la page