Des territoires plus attractifs : zoom sur quatre projets soutenus par l’Union européenne

Ce contenu a été publié sous le gouvernement de la Première ministre, Élisabeth Borne.

Publié 24/11/2023 |Modifié 23/11/2023

Chaque année, l’Union européenne finance, aux côtés de l’État et des collectivités locales, plusieurs centaines de projets qui changent la vie des citoyens. De la Martinique à la Bretagne en passant par l’Occitanie et Mayotte, zoom sur quatre actions qui renforcent l’attractivité des territoires.

Drapeau de l'Union européenne.
La modernité des infrastructures de transport, la performance de l’outil industriel et la capacité à innover figurent parmi les moteurs de l’attractivité des territoires.
À travers ses outils financiers, l’Union européenne investit en métropole et en outre-mer pour la compétitivité de l’économie française… et européenne.

En Martinique, le nouvel aéroport Aimé-Césaire pour soutenir le développement économique

Accueillir 2,5 millions de passagers à l’horizon 2025 : c’est l’objectif de l’ambitieux projet de modernisation et d’extension de l’aéroport Aimé-Césaire de Martinique.
Lancé en 2015, le chantier a trois volets : l’adaptation des pistes de décollage et d’atterrissage, la modernisation de l’aérogare passagers et l’installation de nouveaux équipements de sécurité. Le nouvel aéroport, qui s’étendra sur 20 000 m2 supplémentaires, devrait être livré courant 2024.
Indispensable au développement économique de la Martinique, ce projet bénéficie d’une aide européenne de 19 millions d’euros, financés par le Fonds européen de développement régional (FEDER).

En Bretagne, la criée du Guilvinec se robotise

Puçage des bacs, glaçage automatisé, robotisation des tâches les plus pénibles...
La criée du port du Guilvinec, en Région Bretagne, se modernise !
L’objectif de cette transformation est double : améliorer les conditions de travail des collaborateurs de la criée et optimiser la qualité des produits.
Financé par le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) à hauteur d’1,42 million d’euros, l’installation d’une nouvelle chaine du froid participe de cette recherche de compétitivité. Premier port français de pêche artisanale (côtière et petite pêche), le Guilvinec entend bien le rester !

À Mayotte, le Technopôle de Dembéni valorise l’innovation locale

Des bureaux, des ateliers, un laboratoire de recherche, une résidence pour chercheurs et un espace événementiel : conçu comme un lieu de rencontre entre scientifiques, étudiants et chefs d’entreprises, le Technopôle de Dembéni doit structurer le tissu économique de Mayotte et renforcer son attractivité.
La participation de l’Union européenne à ce projet est à la hauteur de l’enjeu : 10 millions d’euros, financés par le Fonds européen de développement régional (FEDER).
Le bâtiment du Technopôle de Dembeni, qui sera inauguré en 2024, accueillera en priorité des entreprises innovantes, dans les secteurs du numérique, de la communication, de la mer ou de l’agro-transformation.

En Lozère, l’usine ArcelorMittal modernisée et décarbonée

En Région Occitanie, l’usine sidérurgique ArcelorMittal de Saint-Chély d’Apcher connaît une croissance de son activité en direction de l’automobile électrique. Alors que ce secteur représentait 5 % de la production du site en 2018, elle dépasse aujourd’hui les 40 %.
Une performance rendue possible par la modernisation des lignes de fabrication qui s’accompagne d’actions concrètes pour économiser l’énergie, l’eau et réduire les émissions de CO2.
D’un montant de 17 millions d’euros, l’investissement nécessaire à cette décarbonation est financé à hauteur de 3,2 millions d’euros par l’Union européenne. De quoi conjuguer performance économique et exigence écologique.

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction