Des consultations médicales gratuites aux trois âges clés de la vie

Publié 19/09/2022

Chacun pourra désormais bénéficier d’une consultation médicale gratuite pour faire le point sur sa santé physique et mentale à 25, 45 et 65 ans.

Partager la page

Un homme en consultation médicale.
Source : Getty
« La prévention entre dans notre quotidien ». François Braun, ministre de la Santé et de la Prévention, entend faire de la prévention un pilier de la politique de santé.
Ainsi, dès 2023, chacun se verra proposer par l’assurance maladie trois visites médicales gratuites à 25, 45 et 65 ans afin de faire le point sur sa santé physique et mentale et mettre en place les soins appropriés le cas échéant.

Ce sont « des âges clés dans les actes de prévention », a ajouté le ministre de la Santé et de la Prévention.
Cette décision - une première dans le système de soins français - fera partie des mesures du projet de loi finances de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2023 prochainement présenté en Conseil des ministres.

3 étapes clés de l’existence

« Nous allons mieux nous occuper des enfants, qui bénéficient de 20 examens jusqu’à 16 ans, mais aussi suivre ces générations au cours de leur vie », a précisé François Braun.
  • 25 ans, la vie active : « faire le point sur les vaccins, leur activité physique, d’éventuelles addictions ou difficultés liées au début de la vie professionnelle. » ;
  • 45 ans, l'âge pivot : faire « un bilan sur l’activité physique et d’éventuels troubles de la santé mentale » et dépistages (maladies cardiovasculaires, cancers - du sein, du colon ou de la prostate) ;
  • 65 ans, le départ à la retraite : « prévention de la perte d’autonomie, le dépistage des cancers et de toutes les maladies qui peuvent être prévenues » plus une dimension psychologique liée au « départ à la retraite ».

« Aller vers »

Dès 2023, les Français pourront prendre rendez-vous pour ces consultations totalement remboursées par la Sécurité sociale. Une action particulière à l'endroit des personnes « les plus éloignées du soin » sera entreprise.

Nous aurons la logique d' « aller vers » les personnes les plus éloignées du soin. Ces personnes sont ma cible principale.

François Braun

Ministre de la Santé et de la Prévention