Comment gérer l'eau en période de sécheresse

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Jean Castex.

Publié 10/05/2022 | Modifié 06/09/2022

Accentués par les températures élevées, les épisodes de sécheresse sont de retour sur le sol français. Particuliers, industriels, agriculteurs... découvrez les bons gestes.

Partager la page

L'irrigation d'un champ.
Source : Getty
Les épisodes de sécheresse sont de plus en plus fréquents et débutent plus tôt dans l’année. 2022 n'échappe pas à la règle.
La recharge des nappes d’eau souterraine durant l’hiver a été courte et relativement modeste, faisant craindre, dès mars, un épisode de sécheresse dans plusieurs départements français.
Depuis le 8 août 2022, 93 départements sont concernés par une restriction au-delà de la vigilance, sur au moins une partie du territoire : 3 en alerte, 17 en alerte renforcée et 73 en crise. Le 10 août 2022, la Corrèze, les Côtes d'Armor, le Finistère et le Territoire de Belfort sont passés en crise. Paris, la Seine-Saint-Denis, et les Hauts-de-Seine sont en vigilance.
Carte représentant le niveau de gravité maximal limitant les suages de l'eau par département en vigueur au 24/10/2022
Source : ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires

Des restrictions pour économiser l'eau

Pour faire face aux périodes d'insuffisance de la ressource en eau, les préfets peuvent prendre des mesures exceptionnelles, graduelles et temporaires de limitation ou de suspension des usages de l’eau non prioritaires pour les particuliers et les professionnels.

Elles varient selon quatre niveaux de gravité :
  • vigilance,
  • alerte,
  • alerte renforcée,
  • crise.
Source : PROPLUVIA

Quelles actions pour gérer la crise en période de sécheresse ? Prise d’un arrêté de restriction des usages de l’eau par le préfet pour : • une durée donnée ; • 1 périmètre appelé zone d’alerte ; • selon des niveaux de gravité graduels (arrêt total des prélèvements non prioritaires en période de crise). L’arrêté définit des mesures de restriction : • adaptées en fonction des usages (agriculture, entreprises, collectivités, particuliers) • garantissent les usages prioritaires de l’eau (alimentation en eau potable, salubrité et sécurité civile…).

Les bons réflexes

En période de sécheresse, soumis ou non à des mesures de restrictions, chacun d'entre nous peut agir à son échelle.

Particuliers

  • j’évite de laisser couler l’eau ;
  • je limite les arrosages de mon jardin ;
  • j’utilise mes appareils de lavage à plein ;
  • j’installe des équipements économes en eau.

Collectivités

  • je réduis les fuites dans les réseaux de distribution d’eau potable ;
  • j’ai une connaissance détaillée des volumes d'eau consommés ;
  • je distribue des kits hydro-économes dans les foyers ;
  • j’optimise l’arrosage des espaces verts et du nettoyage des voieries.

Industriels

  • je recycle certaines eaux de nettoyage ;
  • je mets en place des circuits fermés ;
  • je modifie certains modes opératoires et process pour économiser l’eau.

Agriculteurs

  • je mets en place des tours d’eau pour l’irrigation ;
  • j’utilise un matériel d’irrigation hydro-économe ;
  • j'opte pour des cultures qui exigent moins d'eau.

Le choix de la rédaction