Cette année, la biologie est à l’honneur !

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Jean Castex.

Publié 21/10/2021

Ce partenariat entre le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation et le CNRS vise à rapprocher enseignement et biologie.

Après l'année de la chimie et l'année des mathématiques, l'année de la biologie est lancée ! Un partenariat entre le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation et le CNRS pour rapprocher enseignement et biologie . L’objectif ? Permettre aux enseignants de mettre en perspective leurs savoirs en biologie au regard des dernières découvertes scientifiques et d’améliorer ainsi leur connaissance du monde de la recherche.

Parce que la biologie est une science qui va modeler leur avenir et qui peut sauver leur vie, il est essentiel que les citoyens soient mieux éclairés sur son histoire, ses acquis, ses controverses et ses promesses.

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Déployée dans l’ensemble des académies , l'année de la biologie réunit scientifiques et enseignants de Sciences de la vie et de la Terre, du collège au BTS, et contribue à valoriser les grandes avancées et les enjeux de la recherche en biologie auprès des jeunes générations. Tout au long de l’année, des conférences animées par des biologistes de renom et des visites de laboratoires seront organisées.

Au cœur des enjeux du xxi e siècle

La biologie regroupe de nombreux domaines scientifiques et technologiques au cœur des enjeux du XXI e siècle. C’est une science qui croise différents champs de recherche. L’exemple de la mise au point du vaccin protégeant de la Covid-19 l’illustre parfaitement : les biotechnologies, la biologie cellulaire et la biochimie, l’immunologie, les sciences de l’évolution y ont une place centrale . Au cœur des enjeux sociétaux et économiques , les sciences biologiques œuvrent pour adapter nos systèmes de productions alimentaires, par exemple en sélectionnant des variétés pour faire face aux changements climatiques, et permettent de comprendre des mécanismes cellulaires et moléculaires qui améliorent les traitements préventifs et thérapeutiques.

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !