Deux personnes âges à la plage
Source : Pexels

Bien vieillir : un projet de société porté par le Gouvernement

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Jean Castex.

Publié 09/03/2022

Bien vieillir, chez soi ou en établissement : le Gouvernement prend des mesures pour que toutes les personnes puissent vivre au mieux le grand âge.

Partager la page

L’espérance de vie progresse et amène de plus en plus de Français à entrer dans le grand âge. Bien vieillir : c’est l’objectif du Gouvernement.

Bien vieillir chez soi

Les Français aspirent à bien vieillir chez eux. Demeurer chez soi correspond au désir de la majorité de personnes âgées.
Plusieurs mesures ont été prises pour permettre un meilleur accompagnement des anciens vivant à domicile, comme par exemple un plan anti-chutes dans toutes les régions. Ou encore, faciliter le parcours des personnes âgées faisant le choix de vivre à domicile et simplifier les formalités des aidants.
 Près d’1 milliard d’euros sont consacrés d’ici à 2025 en faveur du soutien à domicile :

  • 750 millions d’euros par an améliorer les services à domicile ;
  • 200 millions d’euros par an pour revaloriser les professionnels de l’aide à domicile et renforcer l’attractivité des carrières.

Ehpad : un choc de transparence

Pour garantir et renforcer la qualité de l’accompagnement des personnes âgées et de leurs familles dans les Ehpad, une série de mesures sont été prises :

  • le lancement d’un vaste plan de contrôle des 7 500 EHPAD de France en deux ans. Il commencera sur les EHPAD qui ont été signalés et sera accompagné d’un renforcement pérenne et significatif des moyens humains des agences régionales de santé (ARS) dédiés aux contrôles ;
  • la publication chaque année de dix indicateurs clés permettant d’évaluer et de comparer les EHPAD de France (ex. : le taux d’encadrement, le taux de rotation des personnels, le taux d’absentéisme, le profil des chambres (double/simple), le budget quotidien pour les repas par personne, la présence d’une infirmière de nuit et d’un médecin coordonnateur, les partenariats avec un réseau de santé, etc.). Objectif : une transparence  renforcée pour les résidents et leurs familles ;
  • une démarche « qualité » de tous les établissements avec un nouveau référentiel d’évaluation favorisant la bien-traitance et une procédure d’évaluation externe à la fois plus complète et mieux encadrée ;
  • la création un dispositif de médiation au service des résidents, familles et professionnels en cas de litige, et renforcer le rôle des familles et des résidents dans le fonctionnement quotidien des EHPAD ;
  • le renforcement des outils juridiques et comptables permettant de mieux réguler les pratiques tarifaires des groupes gestionnaires d’EHPAD privés commerciaux, et d’assurer la transparence sur le bon usage des fonds publics.
Ces mesures ont été co-construites avec les représentants des personnes accompagnées et de leurs familles, les fédérations représentatives du secteur et les organisations syndicales, les ARS, la Défenseure des droits, des panels de professionnels et de résidents, ainsi que les élus des départements.

Des moyens supplémentaires pour les Ehpad

Le Gouvernement veut renforcer le modèle des EHPAD en agissant sur trois leviers d’action :

  •  2,1 milliards d’euros pour investir dans le bâti, les équipements du quotidien et le numérique pour les rendre plus chaleureux, plus humanisés et plus ouverts sur l’extérieur ;
  • 500 millions d’euros pour renforcer la médicalisation des EHPAD, par le financement de 20 000 postes de personnels soignants supplémentaires et avec un plan d’action visant à améliorer l’accompagnement médical des résidents dans les années à venir ;
  • 2,8 milliards d’euros pour revaloriser les salaires et renforcer l’attractivité des métiers en EHPAD et pour sécuriser des collectifs de travail motivés auprès des personnes et des familles, avec l’augmentation des rémunérations de tous les professionnels d’EHPAD à hauteur de 183 euros nets par mois, le déploiement d’un plan métiers en lien avec le ministère du Travail pour développer les formations, la validation des acquis de l’expérience (VAE), et la facilitation des recrutements urgents.

Le choix de la rédaction