Attaque à la seringue : que faire si vous êtes piqué à votre insu

Publié 21/06/2022

Les plaintes pour des piqûres dans des boîtes de nuit, bars et festivals s'additionnent à travers toute la France. Trois conseils pour réagir avant la disparition des preuves.

Partager la page

Une boîte de nuit.
Souce : Service d'information du Gouvernement
Une vague inexpliquée de piqûres touche depuis début avril des jeunes dans des boîtes de nuit, bars et festivals de toute la France, avec des plaintes déposées notamment à Lille, Béziers, Nantes, Rennes, Strasbourg, ainsi qu'à Grenoble, Nancy, Lyon, Besançon, Valence ou encore Toulouse.
Mi-juin, plus de 1 000 victimes étaient recensées mais aucune analyse n'a mis au jour la présence de GHB, surnommé « la drogue du violeur », selon la Direction de la police nationale (DGPN).

Je suis victime

Réagissez au plus vite

Le facteur temps est en effet très important. Il faut réagir le plus vite possible pour :
  • permettre de retrouver des preuves ;
  • vous protéger contre le risque d’infection.

Portez plainte

Pour permettre d’établir les preuves les plus solides, portez plainte :
  • vous serez examiné rapidement par un médecin légiste ;
  • des prélèvements seront faits en urgence pour identifier les éventuelles substances injectées ;
  • vous bénéficierez si nécessaire d’un traitement préventif contre le risque d’infection (HIV, hépatite B) ;
  • les frais d’examen et d’analyse seront pris en charge.
Le ministère de l'Intérieur appelle également à la vigilance et rappelle l'importance de porter plainte.

Protégez votre santé

Dans un délai de 48h, rendez-vous aux urgences ou dans un des Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) afin de recevoir un traitement préventif contre le risque d’infection (HIV ou hépatite B), c’est gratuit.

En cas de danger immédiat

En cas d’urgence, composez le 17 ou le 112. Il est également possible d’appeler le 15 au moindre doute ou pour permettre à la victime d’arriver aux urgences en toute sécurité (s’il y a eu consommation d’alcool notamment).
Pour toute question, contactez le 0 800 23 13 13. « Drogues info service » est disponible de 8 heures à 2 heures, 7 jours / 7. Les appels sont anonymes et gratuits depuis un poste fixe.