Angela Merkel salue « l'impressionnant » programme de réformes du gouvernement Valls

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Manuel Valls.

Publié 22/09/2014

Manuel Valls effectue son premier voyage officiel en Allemagne. Il a rencontré Angela Merkel ce lundi 22 septembre 2014. À l'occasion d'un point presse des deux chefs de gouvernement, la chancelière a salué le programme de réformes du Premier ministre français.

Vidéo dailymotion intitulée '"Je veux dire aux Allemands que les réformes, nous allons les faire."'

Manuel Valls a rencontré la chancelière Angela Merkel lundi 22 septembre 2014 à l'occasion de son premier voyage officiel en Allemagne. Les deux chefs de gouvernement ont accordé suite à leur entretien une conférence de presse commune.

Manuel Valls effectue un voyage officiel de deux jours en Allemagne ( voir le programme ici ). Reçu par la chancelière à Berlin pour un déjeuner de travail, il a expliqué, dans une « discussion très approfondie », la politique que mène le Gouvernement français « pour remettre notre pays sur les bons rails ». « J’ai rappelé le cap : restaurer la compétitivité de nos entreprises, avec un soutien inédit de 40 milliards ; le fait et la nécessité impérieuse d’être sérieux sur nos dépenses budgétaires, 50 milliards d’économies sur 3 ans; et enfin l’engagement de conduire les réformes structurelles toujours évoquées mais jamais menées, je pense à la réforme territoriale, la nécessité de lever des freins à la croissance sur les seuils ou le travail dominical ou encore le dossier de la simplification », a résumé le Premier ministre à l'occasion d'un point presse télévisé commun.
« C’est l’intérêt de l’Allemagne que nos réformes réussissent, c’est l’intérêt de la France que l’Allemagne tire la croissance de l’Europe . Et c’est vrai que nous pouvons aller encore plus loin ensemble sur le numérique ou la transition écologique », a-t-il ajouté. « Les Allemands vont aimer la France qui se réforme, (...) ; et les Français vont aimer l’Allemagne qui s’engage pour la croissance en Europe » , a ajouté Manuel Valls.
Le Premier ministre a réaffirmé sa volonté de mener à bien ses réformes sur le plateau de la matinale d'Europe 1 mardi matin, en direct de Berlin. Mais « je ne le dis pas ici en Allemagne, je le dis en France, parce que ces réformes ne sont pas nécessaires en Allemagne, elles sont nécessaires en France », a-t-il précisé.
Déplacement officiel en #Allemagne. "Je veux dire aux Allemands que les réformes, nous les ferons". Manuel Valls @manuelvalls 22 septembre 2014
Déplacement officiel en #Allemagne. "Je veux dire aux Allemands que les réformes, nous les ferons". Manuel Valls @manuelvalls 22 septembre 2014 /
Au cours de cette conférence de presse commune, Angela Merkel a qualifié le programme de réformes lancé par le Premier ministre d'« impressionnant ». « Elles touchent à des domaines importants qui, au final, vont décider de la compétitivité des entreprises françaises », a-t-elle précisé. Manuel Valls et Angela Merkel ont également évoqué pendant leur entretien la situation internationale, en particulier l’Ukraine et la menace terroriste.
Après cet entretien bilatéral avec la chancelière, Manuel Valls a pris la direction d'Hambourg pour une visite du site d’ Airbus avec Sigmar Gabriel, ministre allemand de l'Économie et de l'Énergie. Sur place l'ont rejoint Emmanuel Macron, Harlem Désir et Matthias Fekl.
Déplacement officiel en #Allemagne. La France a engagé un programme de réformes "impressionnant". Angela Merkel, 22 septembre 2014
Déplacement officiel en #Allemagne. La France a engagé un programme de réformes "impressionnant". Angela Merkel, 22 septembre 2014 / Service d'information du Gouvernement (SIG) - Gouvernement.fr

Partager la page

Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de gouvernement.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction