1. Santé
    2. Covid-19

Rappel vaccinal : intervention du Premier ministre à Marseille

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Jean Castex.

Publié 13/12/2021

À l'occasion de la campagne de rappel vaccinal de toutes les personnes âgées de 18 ans et plus, le Premier ministre Jean Castex est allé le 13 décembre 2021 au centre de vaccination du parc Chanot à Marseille (Bouches-du-Rhône), où il a notamment rappelé l'importance des règles d'hygiène à respecter.

Partager la page

Publié par gouvernementFR

Donc, me voici à nouveau dans un centre de vaccination aujourd'hui à Marseille, avec les élus, avec le bataillon des marins pompiers, avec toutes celles et ceux, je veux encore les féliciter, qui se mobilisent tous les jours, week-end compris pour vacciner, vacciner et encore vacciner, parce que plus que jamais, je le redis à mes concitoyens, c'est le principal levier pour faire face à cette pandémie, en particulier à cette 5ème vague. Plus que jamais, nous devons rester mobilisés, vigilants, nous faire vacciner. Je le disais, on voit une reprise aussi bien des primo-vaccinations. Nous avons dépassé le seuil hautement symbolique des 90 % de nos concitoyens éligibles, qui ont reçu une première dose.

Ça continue à progresser.

Je le vois ici à Marseille, y compris dans les quartiers où la vaccination est un peu plus faible que les moyennes.

On a une reprise. Il faut capitaliser. Il faut transformer cet essai. Évidemment, l'enjeu de la dose de rappel, parfois appelée troisième dose, là, je constate que nous avons des chiffres très impressionnants, 600 000, 700 000 vaccinations par jour, ce qui nous place en tête des pays européens.

Là aussi, il faut continuer de la même façon qu'il faut impérativement continuer à porter le masque là où il est obligatoire, respecter tous les gestes barrières, toutes ces petites choses qui sont des contraintes, je le dis, tout à fait supportables. Aérer à chaque fois que c'est possible, respecter les consignes, respecter, évidemment, le passe sanitaire.

Toutes choses qui feront que nous nous en sortirons, que nous passerons ce cap. Il faut à tout prix, je pense toujours à eux, épargner nos hôpitaux qui sont très chargés, dont les soignants sont très fatigués après des mois et des mois de crise.

C’est à notre portée. Les fêtes de fin d'année approchent. On lit quand même une certaine, une relative décélération de l'épidémie. Donc ce n'est vraiment pas le moment de baisser la garde. Il faut continuer ce que nous faisons ensemble.

C'est comme toujours notre sens collectif des responsabilités qui nous permettra de nous en sortir et d'aller de l'avant. Nous sommes extrêmement vigilants, y compris, évidemment, face au nouveau variant. Nous mettons en place tous les dispositifs prévus et nous devons ensemble continuer.

Merci beaucoup.