Albi
21 janvier 2019 - Actualité

Action cœur de ville : la dernière des 222 conventions vient d'être signée

La ministre Jacqueline Gourault a signé, lundi 21 janvier, la dernière convention des 222 villes bénéficiaires du programme national "Action cœur de ville". Un plan d'ampleur pour redynamiser les centres-villes.
 

C'est au Puy-en-Velay, en Haute-Loire, que la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, Jacqueline Gourault, a signé aujourd'hui la dernière convention des 222 villes bénéficiaires du programme national "Action cœur de ville".

Lancé en mars 2018, le programme "Action cœur de ville" fait référence à une convention de revitalisation sur 5 ans, passée entre l’État et 222 villes moyennes, pour redynamiser leur centre-ville. Ce large plan est nourri par une double ambition : améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes et conforter leur rôle de moteur de développement du territoire.
 



Les élus des 222 collectivités retenues avaient été conviés à une première rencontre à Paris, le 26 juin 2018. Une journée d’échanges et de réflexion, avec notamment l’intervention d’Édouard Philippe soulignant l'existence d'une "centralisation régionale" du tissu urbain. Il avait alors déclaré que "nous vivons désormais dans une France qui se voit, qui se pense, qui se vit comme un élément constitué, certes de Paris, mais aussi de grandes métropoles (...) capables de rivaliser avec leurs grands homologues européens." Cependant, il existe en même temps un phénomène de transformation des territoires encore plus frappant que la métropolisation ou la centralisation parisienne, "mais qui l’accompagne de façon immanquable"  : la centralisation régionale.

Développer la diversité de la France

La France n’est pas uniforme mais elle est le résultat de la diversité de ses territoires, de ses cultures régionales. "Elle est diversifiée et elle est maillée", a déclaré le Premier ministre. "Quand on survole la France, qu’on la parcourt, on se rend compte qu’elle présente cette caractéristique […] d’être incroyablement maillée par des réseaux de villages, de villes. […] Le maillage territorial français est une donnée historique et géographique."

 

La volonté du Gouvernement est de préserver ce maillage : "nous voulons le renforcer et permette aux élus de développer la stratégie dont ils ont besoin pour donner toutes leurs chances aux concitoyens qui vivent dans leur territoire", a affirmé Édouard Philippe.

 

"Sur ces 222 communes, vit un bon quart de la population française. C’est très largement structurant. C’est la raison pour laquelle il nous a semblé nécessaire de concevoir une politique spécifique et une politique d’accompagnement", a-t-il déclaré.

Plus de 5 milliards d'euros mobilisés sur 5 ans

L’appui aux projets de chaque commune repose sur des cofinancements apportés par les partenaires : plus de 5 milliards d’euros mobilisés sur 5 ans, dont :

  • 1 milliard d'euros de la Caisse des dépôts en fonds propres, 700 millions d'euros en prêts ;
  • 1, 5 milliard d'euros d’Action Logement ;
  • 1,2 milliard d'euros de l’Agence nationale de l'habitat.

Ces enveloppes de crédits ne sont pas fixées et d’autres ressources pourront venir les compléter.

Pour assurer la revitalisation des centres-villes, chaque convention repose sur 5 axes structurants :

  1. De la réhabilitation à la restructuration : vers une offre attractive de l’habitat en centre-ville.
  2. Favoriser un développement économique et commercial équilibré.
  3. Développer l’accessibilité, la mobilité et les connexions.
  4. Mettre en valeur les formes urbaines, l’espace public et le patrimoine.
  5. Fournir l’accès aux équipements et services publics.


Dossier de presse : Action coeur de veille (PDF)