Affaires sociales

À Nancy, Sylvain Mathieu souligne l'engagement des acteurs du Logement d'abord et inaugure le Village de l'insertion


Jeudi 20 janvier 2022, Sylvain MATHIEU, Délégué interministériel à l’hébergement et à l’accès au logement, s’est rendu à Nancy pour échanger avec les acteurs du logement, de l’hébergement et de l’insertion de la Métropole.

Accueilli par le préfet de Meurthe-et-Moselle Arnaud COCHET et Mathieu KLEIN, maire de Nancy et Président de la métropole du Grand Nancy, cette journée d’échange fut particulièrement riche : rencontre avec les acteurs du Logement d’abord, visite du site Action Sauvoy de l’Association Arelia notamment autour des projets d’insertion par l’activité économique, table-ronde sur la sédentarisation des gens du voyage, comité de pilotage autour de l’étude sur le sans-abrisme Errance, et inauguration officielle du Village de l’insertion, un projet innovant à destination des personnes en situation de grande marginalité piloté au niveau national par la Dihal et la Délégation interministérielle à la prévention et à la lutte contre la pauvreté (DIPLP).

Des acteurs locaux pleinement engagés dans la mise en oeuvre du Logement d'abord sur le territoire du Grand Nancy

La Métropole du Grand Nancy est l’un des 46 territoires de mise en œuvre accéléré du Plan quinquennal du Logement d’abord suite à sa sélection en janvier 2021 dans le cadre du second appel à manifestation d’intérêt lancé par Emmanuelle Wargon et piloté par la Dihal. À ce titre, Sylvain Mathieu s’est rendu sur le territoire pour échanger avec l’ensemble des acteurs impliqués, recueillir les retours d’expérience des services de la métropole, des services déconcentrés de l’Etat, de bailleurs privés, et publics ou encore d’acteurs associatifs. Il a rappelé à quel point la collaboration de l’ensemble des acteurs, impliqués dans la démarche du Logement d’abord, est indispensable pour construire une politique publique pertinente, efficace et cohérente contre le sans-abrisme. Une vision partagée avec enthousiasme par les acteurs présents, qui ont toutefois souligné les défis que cela pose entre des mondes aux approches, priorités et vocabulaire différents. 

La Métropole a par ailleurs partagé son objectif de développer dans les années à venir l’intermédiation locative, qu’elle voit comme un puissant levier de captation de nouveaux logements mais aussi les projets en terme d’accès à une offre de logement social à bas niveau de quittance ou encore la mise en oeuvre d’une plateforme d’accompagnement vers et dans le logement visant notamment à lutter contre les expulsions locatives. Autant de pistes d’intervention nécessitant la coopération de l’ensemble des acteurs sur le territoire.

Une quinzaine de personnes en situation de grande marginalité prochainement accueillies au sein du "Village de l'insertion"

Le Village de l’insertion est l’un des 40 projets retenus dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) dédié à l’accompagnement de personnes en situation de grande marginalité, lancé par la Dihal à la fin de l’année 2020. Cet AMI est né d’un retour d’expérience du premier confinement. La mise à l’abri des grands marginaux durant cette période, sans autre objectif que de les accueillir quelle que soit leur situation (y compris avec des animaux, des consommations de produits, des troubles psychiques, etc.), a en effet montré des effets significatifs sur leur mieux-être (baisse des consommations, engagement vers des soins), mais également sur leur insertion (sortie de rue, accès vers l’activité, etc).

Le Village de l’insertion porté par l’Association ARS, se base donc sur cette nouvelle approche de la grande marginalité, dont le principe a par ailleurs été conforté par une étude sociologique locale intitulée Le monde de la rue à Nancy : de l’errance chronique à la stabilisation ? Conduite par Thibaut BESOZZI, présent lors de l’inauguration, et fruit d’une immersion de six mois auprès de sans-abri nancéiens, cette étude montre en effet la pertinence d’un accueil plus souple que l’hébergement d’urgence traditionnel, et basé sur le respect du choix et de la temporalité des personnes accueillies.

Sylvain Mathieu a remercié l’ensemble des acteurs et rappelé le rôle des innovations comme puissant vecteur de changement des politiques publiques en permettant d’expérimenter à petite échelle de nouvelles pratiques puis de les diffuser plus largement tel que cela a été fait pour le Logement d’abord. Ce lieu,  “passage concret d’une utopie à la réalité” - tel que l’a nommé Thibaut Besozzi -, est né  d’un travail de collaboration entre les collectivités territoriales, l’Etat, les acteurs associatifs et le monde académique ; l'expérimentation nationale aura pour objectif d’en évaluer la pertinence et les conditions de sa pérennisation à souligné Sylvain Mathieu.

Partager cette page