Affaires sociales

7ème réunion de la Commission nationale de résorption des bidovilles


La Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (DIHAL) a organisé le 2 mars 2022 la 7ème réunion plénière de la Commission nationale de suivi de la résorption des bidonvilles qui était consacrée à la présentation et aux modalités de suivi de la stratégie française en réponse à la recommandation du Conseil de l'Union européenne du 12 mars 2021 relative à "l'égalité, à l'inclusion et à la participation des roms".

Cette stratégie pluriannuelle 2020-2030 comporte des objectifs ambitieux pour lutter contre l’anti-tsiganisme et agir en faveur de l’inclusion des gens du voyage et des personnes considérées comme Roms. Elle s’articule autour d’actions concrètes pour améliorer et sécuriser leurs conditions de vie et accélérer la résorption des bidonvilles par une démarche volontariste d’accompagnement vers l’emploi, le logement, la scolarisation…

Comme présenté en introduction par Sylvain Mathieu, délégué interministériel pour l’hébergement et l’accès au logement, elle est la traduction en actes de la volonté gouvernementale et du changement de paradigme introduit par la circulaire interministérielle du 25 janvier 2018, signée par 8 ministres, visant à donner une nouvelle impulsion à la résorption des campements illicites et des bidonvilles, avec un objectif cible de résorption complète sur le territoire, dans une approche universaliste.

Après le rappel par Marc Kiwitt, de la DG JUST de la Commission européenne, du cadre stratégique de l’Union européenne, Manuel Demougeot, directeur du pôle « bidonvilles » à la DIHAL, a communiqué la feuille de route et insisté sur les actions à mener et les modalités de suivi de la stratégie française, par le biais d’indicateurs d’activités et de résultats précis et exigeants.

Cette stratégie est le fruit d’une consultation large des parties prenantes, notamment de la DILCRAH qui, comme annoncé par Mme Sophie Elizeon, préfète déléguée interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, va prendre des mesures fortes contre l’antitsiganisme dans le plan de lutte triennal contre le racisme, décliné en 3 volets : former et outiller, éduquer, promouvoir des figures d’identification positive.

Saimir Mile, responsable du pôle juridique de la Voix des Rroms, a dressé un historique et donné une définition de l’antitsiganisme.

Ratiba Aboufares, a présenté à la commission la contribution du Défenseur des droits à la stratégie française, et ses recommandations pour une protection effective des droits des Roms.

La commission s’est clôturée sur un tour de table des participants qui a notamment mis en exergue les questions d’accès à la santé, d’accès aux droits fondamentaux, de discriminations et la nécessité de développer la participation citoyenne des populations Roms. Les membres ont souligné l’importance de l’accompagnement social et du suivi dans la durée pour une résorption totale des bidonvilles.

Les membres de la Commission et les différents intervenants ont insisté sur l’approche multidimensionnelle et partenariale nécessaire à l’atteinte des objectifs fixés par la stratégie française 2020-2030.

Partager cette page