11 septembre 2020

4eme Programme d’investissements d’avenir : 20 milliards d’euros pour l’innovation dont plus de la moitié mobilisée pour la relance économique.

Le 3 septembre dernier, le Premier ministre présentait le plan #FranceRelance et détaillait les nouvelles priorités d’investissements du Gouvernement, en présence du secrétaire général pour l’investissement. A cette occasion, il a annoncé un 4e Programme d’investissements d’avenir (PIA) qui viendra en partie amplifier l'effort d'innovation de France Relance.
 
UN PROGRAMME D’INVESTISSEMENTS D’AVENIR RENOUVELÉ DANS SON AMBITION ET SA METHODE
 

Bien que le 4e PIA intervienne en renfort conséquent du plan de relance gouvernemental, il poursuivra son engagement au-delà de la crise et conserve ainsi son potentiel de transformation dans la durée. Au total, ce 4e Programme d’investissements d’avenir sera doté de 20 milliards d’euros sur 5 ans : c’est deux fois plus important que les deux derniers programmes lancés en 2014 (12 Mds€) et en 2017 (10 Mds€), preuve que le soutien à l'innovation est plus que jamais au coeur de la politique d'investissement de l'Etat.

A la différence des trois premiers programmes, le nouveau PIA4 fait le choix de l’agilité et de la simplicité. L’objectif : permettre à l’Etat de définir ses stratégies d'investissement prioritaires tout au long de la durée du programme et de les adapter dans le temps afin de faire face aux défis que nous ne connaissons probablement pas encore aujourd’hui.

Il combinera deux logiques d’intervention visant à accélérer l’innovation dans tous les secteurs, tout en simplifiant la lisibilité des outils d’intervention et de financement : des investissements stratégiques et prioritaires   ainsi que des financement pérennes pour l'enseignement supérieur, la recherche et l'innovation.

  • Des investissements stratégiques et prioritaires

Cette nouvelle logique d’investissement dite « dirigée » a pour ambition de financer des investissements exceptionnels qui répondent aux enjeux de transition de notre économie et de notre société. Il s’agit notamment de technologies d’avenir portant sur marchés stratégiques et des secteurs tels que les technologies vertes et numériques, la recherche médicale et les industries de la santé, les villes de demain, l’adaptation au changement climatique ou encore l’enseignement numérique.

  • Des financements pour soutenir les écosystèmes d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation

Ces financements dits « structurels » ont pour ambition de pérenniser et amplifier l’efficacité des écosystèmes d’enseignement supérieur et de recherche crées par les précédents PIA mais aussi d’accompagner les entreprises innovantes. Il s’agit par exemple de poursuivre et amplifier la transformation des sites académiques pour hisser les universités françaises et européennes vers le meilleur niveau international, ou encore d’amplifier l’effort de transfert technologique depuis les acteurs de la recherche académique jusqu’aux entreprises, notamment industrielles.
 

LE PIA, ACCÉLERATEUR D’INNOVATION POUR LE PLAN DE RELANCE

 

 Afin de surmonter la crise économique engendrée par l’épidémie de coronavirus, le Gouvernement a bâti un plan de relance autour de 3 grandes priorités d’investissements : la transition écologique, la compétitivité de l’économie et la cohésion sociale et territoriale. Levier d’accélération pour concrétiser ces objectifs, le nouveau Programme d’investissements d’avenir (PIA 4) mobilisera 11 milliards d’euros pour accompagner le plan de relance, soit un peu plus de 10% de l’effort total engagé par le Gouvernement.

Ces 11 milliards d'euros du PIA seront donc engagés pour accompagner la relance économique et seront répartis en 4 volets:

  • Le développement des innovations et technologies vertes : 3,4 milliards d’euros seront mobilisés en soutien au développement de technologies ou secteurs «verts» comme les énergies décarbonées et en particulier l’hydrogène, le recyclage, les produits biosourcés et les biotechnologies industrielles, la résilience des villes aux risques sanitaires et climatiques, l’alimentation durable ou encore les équipements agricoles contribuant à la transition écologique.
 
  • La résilience et la souveraineté économiques : 2,6 milliards d’euros permettront de cibler des secteurs, marchés ou technologies prioritaires pour l’indépendance et la souveraineté de notre économie, dans le cadre de stratégies globales (normes juridiques, financements, fiscalité, recherche, formation, etc.). L’objectif est de soutenir les innovations selon leur maturité, depuis leur conception jusqu’aux conditions de leur déploiement en passant par la démonstration de leur efficacité en situation réelle. Ces stratégies d’investissement prioritaires pour l’indépendance économique française seront détaillées au fur et à mesure et concerneront par exemple le numérique (intelligence artificielle, cloud, cybersécurité, technologies quantiques), la santé (bioproduction de thérapies innovantes, lutte contre les maladies infectieuses et émergentes, santé digitale), les industries culturelles et créatives ou encore l’enseignement à l’ère du numérique. Par ailleurs, 500 millions d'euros seront dédiés à des investissements en fonds propres afin de soutenir la création et la croissance du marché du financement des entreprises innovantes. 
 
  • Soutenir les écosystèmes d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation : 2,55 milliards d’euros seront mobilisés pour amplifier le soutien aux universités, aux écoles, aux organismes de recherche et de transfert de technologie, pour renforcer leur rayonnement scientifique à l’international, développer des campus de démonstration des grandes transitions sociétales, accompagner les innovations jusqu’au marché en les transformant en brevets, licences, start-ups et expérimentations. Avec pour  objectif de faire de la France le terreau le plus fertile d’Europe pour les chercheurs et les entrepreneurs, le PIA entend capitaliser sur des structures confirmées et des procédures éprouvées : initiatives d’excellences (IdEx, ISite), programmes prioritaires de recherche (PPR), instituts et projets de recherche hospitalo-universitaires (IHU et RHU), instituts de recherche technologique (IRT) et pour la transition énergétique (ITE) ou encore les sociétés d’accélération du transfert de technologies (SATT).
 
  • Accompagner les entreprises innovantes à chaque étape de leur développement : 1,95 milliards seront mobilisés pour les entreprises innovantes qui, individuellement ou dans le cadre de programmes collaboratifs, ont besoin d’accéder à des sources de financement pour couvrir le risque inhérent à leurs projets de recherche et développement (R&D). Le futur de nos entreprises passe par des produits et services à très forte valeur ajoutée. Le PIA entend les accompagner à travers des aides à l’innovation opérées par Bpifrance, des concours d’innovation à destination de start-up et PME mais aussi grâce au financement de leurs projets de R&D les plus risqués.

Un PIA simplifié : finies les 117 actions, une petite dizaine d'instruments de financement lisibles couvriront les différents stades de l'innovation, de la recherche fondamentale jusqu'aux conditions de déploiement de l'innovation sur son marché

Découvrez les fiches thématiques du PIA4 au service de la relance
Accéder au dossier de presse complet du Plan #FranceRelance