Madame Simone Veil

1927-2017. C’était Simone Veil

Survivante de la Shoah, porteuse de la loi sur l’interruption volontaire de grossesse et Européenne convaincue, Simone Veil s’est éteinte le 30 juin 2017, à l’âge de 89 ans. La vie politique française perdait alors l’une de ses plus grandes et illustres figures. Le 1er juillet 2018, Simone Veil est la cinquième femme à entrer au Panthéon.
 
Suscitant autant l’admiration que l’affection, Simone Veil s’est imposée comme l’une des personnalités préférées des Français. De retour des camps d’Auschwitz et de Bergen-Belsen en mai 1945, elle est sauvée du désespoir par son courage et sa détermination. Après avoir fondé une famille, puis entamé une carrière dans la magistrature, en 1974, elle devient du jour au lendemain la femme politique française la plus célèbre et la plus populaire, réussissant à faire adopter en tant que ministre de la Santé la loi qui porte son nom, relative à  l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Figure emblématique du combat des femmes, elle a occupé au sein de l’administration comme en politique des postes jusque-là inaccessibles aux femmes : première femme secrétaire du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM), première femme à siéger au conseil d’administration de l’ORTF (1972), première femme présidente du premier Parlement européen élu au suffrage universel (1979), première femme ministre d’État (1993). Membre du Conseil constitutionnel de 1998 à 2007, elle a également été en 2008 la sixième femme à être élue à l’Académie française et à entrer sous la Coupole en mars 2010, occupant à la suite de Paul Claudel, Pierre Loti et Pierre Messmer le fauteuil numéro 13, qui fut aussi celui de Jean Racine.


Réception de Simone Veil à l'Académie française par gouvernementFR


Une enfance niçoise

 Née le 13 juillet 1927 à Nice, dernière de quatre enfants, Simone Veil est issue d’une famille juive assimilée, patriote et laïque. Avec des ancêtres originaires de Lorraine, son père André Jacob, diplômé des Beaux-Arts de Paris en 1913, deuxième prix de Rome, durement secoué par quatre années de captivité, commence une carrière d’architecte après la Première Guerre mondiale. Marié en 1922, il quitte la capitale en 1924 pour installer la famille qu’il vient de fonder à Nice à la suite d’une intuition qui s’avère juste, mais prématurée : l’essor de la construction sur le littoral méditerranéen. Les premières années de sa carrière prennent effectivement un tour prometteur. Mais la crise de 1929 va frapper la famille Jacob, comme celles de nombreux Français.

Matricule 78651

Après l’offensive allemande en 1940, la défaite de l’armée française et l’armistice, le statut des Juifs est bientôt promulgué, et André Jacob se voit retirer le droit d’exercer son métier d’architecte. La zone sud, sous occupation italienne, constitue cependant un refuge relatif pour les Juifs, jusqu’à l’arrivée de la Gestapo le 9 septembre 1943. La famille Jacob doit alors s’éparpiller. Le 29 mars 1944, Simone Jacob parvient à passer les épreuves du baccalauréat, avancées de trois mois par crainte d’un débarquement allié dans le Sud de la France. Le lendemain, elle est arrêtée par la Gestapo, une arrestation suivie par celle de tous les autres membres de sa famille, hormis sa sœur Denise, engagée dans la Résistance, qui sera par la suite déportée à Ravensbrück.

Du camp de Drancy, Simone, sa mère et sa sœur aînée Milou (Madeleine) sont déportées à Auschwitz-Birkenau où elles arrivent, après un voyage de deux jours et demi, le 15 avril 1944, en pleine nuit. La nuit même, un numéro indélébile est tatoué sur le bras de Simone Jacob, le n° 78651 - elle le fera graver sur son épée d'académicienne, en 2010.

Une famille détruite

De leur côté, le père de Simone et son frère Jean sont envoyés de Drancy à Tallinn, en Estonie, parmi les 878 hommes que comptait le convoi 73 ,  où ils sont éliminés rapidement. Quant à Simone, sa mère et sa sœur Milou, encore survivantes après l’évacuation du camp d’Auschwitz, le 18 janvier 1945, elles entament avec les 40 000 autres détenus la mémorable longue "marche de la mort" à travers la Pologne et l’Allemagne, jusqu’au camp de Bergen-Belsen où la mère de Simone, épuisée, finit par succomber du typhus, le 13 mars 1945, un mois avant la libération du camp par les troupes anglaises. 

Recommencer à vivre

De retour en France le 23 mai 1945, une date que Simone n’oubliera jamais, elle apprend qu’elle a été reçue aux épreuves du baccalauréat passées la veille de son arrestation. Elle décide alors de s’inscrire à la faculté de droit, comme elle l’avait toujours voulu, et entre parallèlement au nouvel Institut d’études politiques, rue Saint-Guillaume. C’est là qu’elle rencontre Antoine Veil, tout juste démobilisé. Issu d’une famille qui évoque par bien des côtés celle que Simone a perdue – "des Juifs non religieux, profondément cultivés, amoureux de la France" –, elle se marie avec Antoine Veil le 16 octobre 1946. Elle a dix-neuf ans, il en a vingt. Leur premier fils, Jean, naît fin 1947, leur deuxième fils, Nicolas, treize mois après. Leur troisième fils Pierre-François naîtra en 1954.

Dans la magistrature

Après avoir occupé différents postes au sein de cabinets ministériels, Antoine Veil est reçu à l’ENA en 1953, et devient inspecteur des Finances. Simone Veil, qui s’est jusqu’alors entièrement dévouée à ses enfants et à son mari, s’inscrit au concours de la magistrature, accessible aux femmes depuis 1946. D’abord attachée titulaire à la Direction de l’administration pénitentiaire, elle passe sept années, de 1957 à 1964, à se battre pour l’amélioration du sort des détenus. Elle est ensuite affectée à la Direction des affaires civiles, sous la tutelle du garde des Sceaux Jean Foyer qui lance de grandes réformes du code civil en matière familiale ; c’est Simone Veil qui rédige le projet de loi sur l’adoption. Puis elle devient en 1969 conseillère technique dans le cabinet de René Pleven, devenu ministre de la Justice.  L’année suivante, nommée secrétaire du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) par le Président Pompidou, elle est la première femme à occuper ce poste.

Le dossier explosif de l’IVG

À la suite de l’élection de Valéry Giscard d’Estaing à la présidence de la République, le 19 mai 1974, Simone Veil est nommée dans le Gouvernement de Jacques Chirac au poste de ministre de la Santé. Elle est la seule femme ministre de ce Gouvernement, ses consœurs occupant des secrétariats d’État : Annie Lesur à l’Éducation, Hélène Dorlhac à la Justice, Françoise Giroud à la Condition féminine.

Dès le premier Conseil des ministres, le sujet de la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est abordé par le Président Giscard d’Estaing. Face au problème de l’avortement clandestin, il y a urgence. C’est Simone Veil qui est chargée de faire adopter le projet de loi. Un dossier explosif. Portée par le mouvement féministe et soutenue par l’engagement à ses côtés du ministre de l’Intérieur, Michel Poniatowski, Simone Veil affronte les attaques. C’est au cœur d’une grande agitation que, le 26 novembre 1974, le président de l’Assemblée nationale, Edgar Faure, lui donne la parole. Suite à une grève de l’ORTF, les programmes ayant été annulés, les débats de l’Assemblée sont retransmis en direct par les grévistes. Son discours – de quarante minutes – va bouleverser la société française et faire entrer Simone Veil dans l’Histoire.


Adoption de la loi Simone Veil en faveur de l... par gouvernementFR
 
Suivent trois jours de discussion d’une violence parfois inouïe. La loi est finalement votée dans la nuit du 29 novembre par 284 voix contre 189, avec une courte majorité des voix de droite, complétée par la totalité de celles de gauche. Puis le texte est voté au Sénat, plus facilement que prévu. La loi est finalement promulguée le 17 janvier 1975, elle prévoit que : "la femme enceinte que son état place dans une situation de détresse peut demander à un médecin l’interruption de sa grossesse. Cette interruption ne peut être pratiquée qu’avant la fin de la dixième semaine." La loi est votée pour cinq ans. Elle sera définitivement adoptée en 1979, et en 2001, le délai pour pratiquer une IVG sera porté à douze semaines. Simone Veil reste ministre de la Santé dans les gouvernements de Raymond Barre jusqu’en 1979.

Citoyenne de l’Europe au niveau le plus élevé

Après ces cinq années passées au ministère de la Santé, s’ouvre ensuite pour Simone Veil l’important épisode européen. La construction européenne est à ses yeux le seul moyen d'éviter les horreurs du passé. Elle en est intimement convaincue depuis son retour des camps. Le Président Giscard d’Estaing lui propose de porter les couleurs de l’UDF aux premières élections du Parlement européen au suffrage universel, le 10 juin 1979. C’est son baptême électoral – un baptême victorieux : sa liste arrive largement en tête. Valéry Giscard d’Estaing soutient alors la candidature de Simone Veil à la présidence du Parlement européen, y percevant un symbole fort de la réconciliation franco-allemande et de la construction européenne. "Qu’une ancienne déportée devienne la première présidente du nouveau Parlement européen lui paraissait de bon augure pour l’avenir", écrit à ce propos Simone Veil dans ses Mémoires.


Simone Veil est élue présidente du Parlement... par gouvernementFR  

Élue le 17 juillet 1979 présidente du Parlement européen par 192 voix – trois voix de plus que la majorité absolue –, Simone Veil devient citoyenne de l’Europe au niveau le plus élevé, poste qu’elle occupe pour trente mois, jusqu’en janvier 1982. Pour autant, elle ne renonce pas à l'Europe. Présidente du groupe libéral, elle poursuit son engagement actif dans la vie politique européenne, à la tête notamment du service juridique du Parlement, jusqu’en 1993.

Première femme nommée ministre d’État

Le 30 mars 1993, alors qu’elle est sur le point de s’envoler pour la Namibie où doit se tenir un important colloque sur le sida, Édouard Balladur, nouveau Premier ministre nommé par François Mitterrand, propose à Simone Veil de revenir au ministère de la Santé et des Affaires sociales, au rang de ministre d’État. Elle accepte, et lui demande d’adjoindre à ses fonctions celles du ministère de la Ville, s’attaquant de front, pendant deux ans, au déficit de la Sécurité sociale et aux quartiers difficiles. Après l’élection de Jacques Chirac à la présidence de la République, à la demande du Premier ministre Alain Juppé, elle présidera le Haut Conseil à l’Intégration ; elle y travaillera sur les questions d’égalité des chances. 

Membre du Conseil constitutionnel

De 1998 à 2007, Simone Veil achève sa carrière au Conseil constitutionnel où elle est nommée par René Monory, président du Sénat, pour un bail de neuf ans. Durant le temps où elle y siège, le problème de la primauté du droit communautaire sur la législation française est longuement débattu. En tant que "militante de l’Europe", elle demande d’ailleurs un congé sans solde au président du Conseil constitutionnel, Pierre Mazeaud, pour sortir de sa réserve, le temps de faire campagne en 2005 pour le projet de Constitution européenne.

Aux Justes qui ont incarné l’Honneur de la France

Simone Veil assure parallèlement, de 2000 à 2007, la présidence de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, créée avec les fonds publics et privés des spoliations des Juifs qui n’ont pas été réclamés par leurs détenteurs ou leurs ayants droits. Une part du budget est consacrée au musée du Mémorial, qui abrite à la fois le mur des Déportés et le mur des Justes. Le 18 janvier 2007, aux côtés du Président de la République Jacques Chirac, Simone Veil dévoile dans la crypte du Panthéon une plaque dédiée aux Justes parmi les nations qui "bravant les risques encourues, ont incarné l’Honneur de la France, ses valeurs de Justice, de Tolérance et d’Humanité."

Hommage de la Nation aux Justes de France par... par gouvernementFR  

Élue en 2008 à l’Académie française au fauteuil n° 13 qui fut celui de Paul Claudel, de Pierre Loti et de Pierre Messmer, mais aussi celui de Jean Racine, Simone Veil entre sous la Coupole le 18 mars 2010. En 2012, François Hollande, Président de la République, lui remet les insignes de grand-croix de la Légion d'honneur.
 
Biographie inspirée du livre de Simone Veil : Une vie, éditions Stock, 2007