10 janvier 1991 - Infographie

Promulgation de la loi contre le tabagisme et l’alcoolisme

    Panneau d'interdiction de fumer - voir en plus grand
    La loi Veil du 9 juillet 1976 constitue le premier dispositif législatif relatif à la lutte contre le tabagisme en France. Ce dispositif a interdit pour la première fois toute propagande ou publicité, directe ou indirecte, en faveur du tabac, et imposé l’inscription de la mention « Abus dangereux » sur les paquets de cigarettes. Cette loi a permis de stabiliser la consommation de tabac, jusque-là en augmentation.

    Le 10 janvier 1991, la promulgation de la loi Évin contre le tabagisme et l’alcoolisme renforce considérablement la loi Veil de 1976 par l’interdiction de toute publicité, l’interdiction de fumer dans les lieux collectifs, la hausse des prix du tabac, l’interdiction de vente aux moins de 18 ans… L’avertissement « Fumer nuit à votre entourage » apparaît sur les paquets de cigarettes. Cette loi provoque une baisse de la consommation de tabac de 11% entre 1991 et 1997.  

    Quelques mois après sa promulgation, le lancement d'une campagne par le Comité français d’éducation pour la santé (CFES) démythifie le fumeur : l’emblématique « cowboy de Marlboro » est devenu non fumeur. La campagne s’appuie sur plus de 390 000 affiches et un spot diffusé au cinéma et sur les six chaînes de télévision.

    À partir de 2001, la stratégie de communication de l'Inps (Institut national de prévention et d'éducation pour la  santé) se fait plus offensive : « Un fumeur sur deux meurt du tabac. » Entre 2000 et 2010, la crainte des fumeurs vis-à-vis  des maladies dues au tabac qu'ils pourraient contracter passe au premier rang (52 % des fumeurs en 2000, 76 % en 2010), très loin devant les accidents de la route et le cancer qui arrivaient en tête en 2000.

    Selon le Comité national contre le tabagisme, la loi Évin a changé les comportements, éveillé les consciences. Elle a permis à chacun, fumeurs et non fumeurs, de connaître la réalité du tabagisme passif, provoquant une réelle prise de conscience au sein de la population. En supprimant les opérations publicitaires tous azimuts et généralisées en faveur des produits du tabac,  la dangerosité de ces produits a été davantage perçue par l'opinion et l'impact des messages de prévention a été renforcé.