31 mars 2015 - Actualité

"Un seul objectif : l’emploi, parce que c’est ce qui fonde le résultat d’une politique économique"

Manuel Valls était ce matin l'invité de BFMTV. Un an jour pour jour après sa prise de fonction, le Premier ministre a réaffirmé sa volonté de maintenir le cap, de poursuivre et même d'approfondir le mouvement de réformes engagé dans un seul objectif : continuer l’action pour l’emploi et pour redresser le pays.
 
"Un seul objectif : l’emploi, parce que c’est ce qui fonde le résultat d’une politique économique"



Poursuivre les réformes engagées




Les Français "me demandent de rester au poste, de les écouter et de continuer l’action pour l’emploi et pour redresser le pays", a affirmé Manuel Valls, mardi 31 mars, au micro de Jean-Jacques Bourdin. "Une politique économique ne peut pas zigzaguer en permanence."

Le Premier ministre a rappelé la priorité du Gouvernement : "améliorer la compétitivité économique de notre pays pour créer de l’emploi." Pendant dix ans, notre économie et nos entreprises ont perdu de leur compétitivité, notamment en comparaison d’autres pays comme l’Allemagne. "Tout est fait pour retrouver de la compétitivité et nous allons examiner, dans les semaines qui viennent, avec la majorité mais aussi avec les partenaires sociaux, comment nous pouvons être encore davantage efficaces, alors que nous obtenons des résultats, pour soutenir la croissance", a-t-il annoncé.

"Nous obtenons des résultats" : le moral des ménages et des entreprises remonte, le contexte économique s’améliore grâce au niveau du prix du pétrole, à la baisse de l’euro, qui permet notamment aux entreprises d’obtenir un certain nombre de résultats, et à la baisse des taux d’intérêt qui permet aux entreprises, comme aux particuliers, d'emprunter. "Aujourd'hui, nous avons une croissance d’un peu plus de 1%. J’espère qu’à la fin de l’année, nous serons sur un rythme autour de 1,5%", a expliqué Manuel Valls. Les premiers résultats du Pacte de responsabilité et de solidarité et du CICE sont également là : "progressivement, les marges des entreprises sont en train de s’améliorer et si les marges des entreprises s’améliorent, elles vont pouvoir embaucher."

Manuel Valls a ainsi rappelé sa détermination à poursuivre le cap économique et même à l'approfondir autour de deux grandes priorités : l'investissement des entreprises et le travail. Deux priorités qui visent un même objectif : "l’emploi, parce que c’est ce qui fonde le résultat d’une politique économique." Pour lutter contre le chômage, il faut notamment soutenir les PME/PMI et les start-up afin de leur permettre d'embaucher. "Il faut lever le frein de [la] peur [de l'embauche]. Il ne faut pas le faire au détriment de notre droit social", a affirmé le Premier ministre, confirmant que "la remise en cause du CDI n’est pas dans les projets du Gouvernement". Il a appelé chacun à prendre ses responsabilités : "je demande aussi au patronat, d’une manière générale cette fois-ci, d’être au rendez-vous de l’emploi."
 
 

retrouver la confiance en l'avenir


"Je voudrais que les Français retrouvent confiance dans l’avenir et en tout cas c’est ma tâche et je suis ferme à ma tâche", a déclaré Manuel Valls. "La hausse cumulée des impôts depuis des années - et la droite y a pris une part très importante - a créé un effet de "ras-le-bol" qui a étouffé l’économie française", a-t-il reconnu. "C’est pourquoi nous sommes en train de corriger cette erreur". Le Gouvernement a décidé de baisser les impôts en 2014 pour 4 millions de ménages, notamment les couches moyennes et les classes populaires. En septembre prochain, 9 millions de ces Français seront concernés.