Poignée de main entre le Premier ministre et le président de Région Centre Val de Loire suite à la signature sur la gouvernancedes lignes des trains d'équilibre
24 janvier 2017 - Actualité

Un nouveau départ pour les trains d’équilibre du territoire

Contenu publié sous le Gouvernement Cazeneuve du 06 Décembre 2016 au 14 Mai 2017
Le Premier ministre a signé, le 19 janvier 2017 à Orléans, le protocole d’accord entre l’État et la région Centre-Val de Loire sur la gouvernance des lignes de trains d’équilibre du territoire (TET). Cette signature illustre le partenariat de l’État avec l’ensemble des régions de France pour développer les territoires par le développement des infrastructures ferroviaires. La convention prévoit le transfert de lignes aux régions pour donner un nouveau départ aux TET.
 
 
Discours du Premier ministre à Orléans, le 19 janvier 2017, pour la signature de la convention TET avec la région Centre-Val de Loire
« Les collectivités locales et l’État avancent main dans la main pour améliorer la mobilité et donc les conditions de vie de nos concitoyens. Cela permet de favoriser le développement de nos territoires en préservant l’environnement. C’est ainsi que l’on esquisse la France de demain. »
Bernard Cazeneuve
Premier ministre

La nécessité d’un nouvel avenir pour les TET

Le transport ferroviaire doit faire face à de nombreux défis. Le vieillissement du réseau existant, la concurrence de l’aviation low-cost, l’essor du covoiturage et les difficultés du fret ferroviaire sont autant d’éléments auxquels il est nécessaire de répondre. A Orléans, Bernard Cazeneuve a rappelé l’importance de réinventer l’économie de notre système ferroviaire.


Le rapport de la commission Duron, rendu le 25 mai 2015, constate que l’offre de TET ne correspond plus aux besoins de mobilité des voyageurs et des territoires. Pour Alain Vidalies, "les TET ne répondaient plus de manière satisfaisante aux attentes des voyageurs, en termes de desserte comme de qualité de service."
 
Cependant, comme le souligne le Premier ministre, "il n’était pas question pour le Gouvernement de les abandonner" puisque les TET ont une "utilité en termes d’aménagement du territoire et de service rendu à nos compatriotes".

UNE réforme ambitieuse

Le transfert de lignes TET aux régions

 
L’État s’est concerté avec chaque région pour trouver les meilleures solutions de gouvernance. Ainsi, une nouvelle carte de l'offre de TET a été dessinée :
  • 6 lignes à dimension nationale restent sous la responsabilité de l’État (ex : ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse) ;
  • 18 lignes à vocation plus régionale sont reprises par les régions.
 


Un investissement sans précédent


D’ici à 2025, pour répondre au besoin de confort des passagers ainsi que de régularité et de fiabilité des trajets, 3,5 milliards d’euros seront investis pour bénéficier de trains neufs et performants. A Orléans, le
3,5 Mds €
seront investis pour financer des trains neufs et performants
Premier ministre a rappelé que "ces commandes d’une ampleur sans précédent sont bonnes pour nos industries ferroviaires, elles sont absolument excellentes aussi pour l’amélioration de la qualité du service."
A travers des contributions financières ou la fourniture de rames neuves, l’État se mobilise pour soutenir les régions dans la reprise des lignes.


Vignette avantages de la convention TET pour les usagers et régions
 
L'exemple de la convention TET entre l'État et la région Centre-Val de Loire
Dans les faits, "le contrat qui lie l’État à la région Centre-Val de Loire consacre une priorité forte à la mobilité durable, avec un investissement sur la période 2015-2020 […] de 475 millions d’euros pour les réseaux ferrés" indique le Premier ministre à Orléans. Cet investissement sera employé pour le renouvellement et la modernisation des lignes ainsi que pour financer l’accessibilité des gares aux personnes handicapées.

Pour voir les photos de la signature de la convention TET à Orléans, rendez-vous dans l'onglet "en images" de l'Actualité du Premier ministre.