13 octobre 2016 - Actualité

Un cursus plus riche pour la formation des imams de France

Contenu publié sous le Gouvernement Valls III du 11 Février 2016 au 06 Décembre 2016
Améliorer l’offre de formation déjà existante pour les imams de France : c’est l’objectif assigné par Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve à trois universitaires, Rachid Benzine, Catherine Mayeur-Jaouen et Mathilde Philip-Gay, le 11 octobre 2016. Les préconisations seront remises avant le mois de décembre pour une mise en place des nouvelles formations à la rentrée 2017.
 
Le Gouvernement entend consolider l’expression en France d’un Islam fidèle aux valeurs de la République, tout en s’inscrivant dans le respect scrupuleux du principe de laïcité. Dans ce travail en faveur de la construction d’un islam de France, une mission a été confiée à trois universitaires pour définir le contenu de "cursus d’excellence en islamologie, dans des matières telles que la langue et la littérature arabes, l’histoire des civilisations musulmanes ou encore l’histoire de la pensée musulmane", a indiqué le communiqué commun des ministères de l’Intérieur et de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.
 
"Ces formations devront notamment pouvoir être suivies par de futurs imams français en complément du parcours qu'ils accomplissent au sein d'instituts privés de théologie, mais aussi par tous les étudiants intéressés par ces questions dans une optique purement profane", est-il précisé.

Des formations diplômantes existent déjà

Ces nouveaux cursus qui seront dispensés au sein des universités ou de centres viennent enrichir des formations diplômantes, mises en place début 2015 par les pouvoirs publics, avec la création de 17 diplômes d’université (DU) qui viennent reconnaître  "une  formation "civile et civique" autour des thèmes de la laïcité, des institutions françaises, du droit, de la sociologie et de l’histoire des religions. Ces formations s’adressent notamment aux ministres du culte et aux responsables d’associations cultuelles, mais aussi aux agents publics", rappelle le ministère de l’Intérieur.
C’est le cas, par exemple, de la filière "Droit, société et pluralité des religions" de l’université de Strasbourg, où le Premier ministre, accompagné de Najat-Vallaud Belkacem et de Bernard Cazeneuve,  avait rencontré des étudiants en mars 2015.

Dialogue avec l’Islam de France

Le Gouvernement a entrepris, depuis plusieurs mois, d’ouvrir une large réflexion avec les acteurs de l’Islam en  France pour réfléchir à l’instauration d’un Islam de France solidement ancré dans la République :
 
  • le 15 juin 2015, Manuel Valls ouvrait la première réunion de l'instance de dialogue avec l’Islam de France. La formation et le statut des aumôniers et des cadres religieux faisaient partie des chantiers prioritaires ;
  • la seconde réunion de l’instance de dialogue a eu lieu le 21 mars 2016, centrée sur la prévention de la radicalisation djihadiste ;
  • Bernard Cazeneuve a lancé, fin août 2016,  des consultations avec des représentants de la communauté musulmane, de la société civile et des parlementaires pour donner un nouvel élan à la construction d'un Islam de France. Une Fondation pour l'islam de France devrait voir le jour d'ici à novembre, et une association cultuelle dirigée par des musulmans sera chargée du financement des mosquées et de la formation théologique des imams.