Manuel Valls et Ségolène Royal
4 février 2015 - Actualité
Contenu publié sous le Gouvernement Valls II du 26 Août 2014 au 10 Février 2016

Transition écologique : "C'est une profonde transformation de nos modes de vie, les Français en ont de plus en plus conscience"

Manuel Valls et Ségolène Royal ont présenté, mercredi 4 février, la feuille de route de la 3e conférence environnementale au Conseil national de la transition écologique. Parmi les principales annonces : la suppression des aides à l'exportation des projets de centrales électriques à charbon, l'instauration d'une pastille verte et, dès avril 2015, la mise en oeuvre d'une aide au remplacement des véhicules diesel pouvant atteindre 10 000 euros.
 
"Avec la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, avec l'ensemble des acteurs présents - collectivités territoriales, entreprises, organisations syndicales, associations environnementales, ONG, experts, parlementaires, nous avons réaffirmé une ambition commune : bâtir le modèle environnemental français", a déclaré Manuel Valls lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion du Conseil national de la transition écologique. Un modèle qui doit non seulement entraîner le pays mais aussi "rayonner en Europe et dans le monde". A quelques mois de la COP21, qui se réunira à Paris en décembre prochain, la France "doit montrer l'exemple".
 

"Il n’y a plus un instant à perdre, il y a urgence et c’est la responsabilité de cette génération que de préparer un monde différent pour la et les générations qui suivront. Et donc il faut agir maintenant", a déclaré Manuel Valls. Agir oui, mais avec méthode : dans ce domaine, le dialogue et la concertation sont plus que jamais nécessaires. "Toutes les décisions annoncées aujourd’hui (...) ont ainsi été pensées, mûries, construites dans l’écoute des positions des uns et des autres. C’est essentiel. C’est exceptionnel d’ailleurs dans notre société française et pourtant, c’est le seul moyen d’avancer ensemble."

La 3e feuille de route présentée mercredi 4 février comprend 74 mesures réparties en trois grands volets : la conférence Paris Climat 2015 - la COP21 ; les transports et mobilité durables ; la santé et l’environnement. Elles sont complétées par la Stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable et par le Plan administration exemplaire porté par Ségolène Royal.


 

sortir du réflexe "tout diesel"
 

[Coulisses], ep03: "Le mouvement est en marche"

La lutte contre la pollution de l’air est une priorité du Gouvernement. Pour sortir du réflexe "tout diesel", une prime à la conversion des vieux véhicules diesel sera mise en place au 1er avril : elle sera de 500 euros sous condition de ressources pour le remplacement d’un vieux diesel par un véhicule de classe Euro 6 neuf ou d’occasion. Elle atteindra 3 700 euros pour l’achat d’un véhicule électrique, ce qui permettra de porter l’aide totale à 10 000 euros. "Cette mesure est un pas important", a souligné Manuel Valls.



Des certificats de qualité de l'air seront également mis en place avant l'été, a annoncé Ségolène Royal, afin d'identifier les véhicules propres. Ils leur permettront de bénéficier de conditions de stationnement ou de circulation privilégiées et de pouvoir entrer dans des zones de circulation restreinte.



La protection de l'environnement et de la santé passe également par la réduction des pesticides et le développement des alternatives. C'est le sens du projet d'agro-écologie porté par Stéphane Le Foll. Le Premier ministre a annoncé qu'une étude sur l’impact des pesticides dans le pays sera lancée dans les semaines à venir.
 

investir dans les transports durables


Manuel Valls l'a rappelé, "Les transports sont à l’origine de plus du quart de nos émissions de gaz à effet de serre et représentent presque le tiers de notre consommation d’énergie, sans compter la pollution qu’ils génèrent dans nos grandes villes." Il est nécessaire de réinventer des modes de transport en commun plus respectueux de l'environnement, aussi bien à l'échelle nationale qu'au niveau local pour les transports du quotidien. Le Premier ministre a annoncé que plus de 7 milliards d’euros seront consacrés à ces mobilités sur les 12 milliards de la prochaine génération des contrats de plan État-région.
 
 


renforcer l’action internationale de la France contre le dérèglement climatique


Dernier volet de cette 3e feuille de route, la préparation de la conférence Paris-Climat 2015, la COP21, sera un enjeu majeur. "La France fera tout pour obtenir un accord en décembre à Paris. Cet accord bien sûr doit être le plus ambitieux possible", a expliqué Manuel Valls.
 


Dans cette perspective, il est nécessaire de démontrer que le pays qui organise la COP21 est aussi en mesure de prendre des décisions qui vont dans le sens souhaité pour le rendez-vous Climat. La France supprimera ainsi, comme l’avait déjà annoncé le président de la République, l’assurance-crédit à l’export des centrales charbon sans stockage de CO2. Ségolène Royal présentera prochainement un calendrier concret de retrait qui tiendra compte de la situation des entreprises mais permettra de réaliser l'ambition affichée par le chef de l'État. De même, la fiscalité verte est un instrument très efficace de lutte contre les émissions de CO2 en taxant plus la pollution et moins la production. Le Comité pour la fiscalité écologique, relancé par Ségolène Royal qui lui a donné un nouveau souffle en élargissant son champ d’étude, reprendra ses travaux dans quelques semaines.
   
L’éducation à l’environnement et au développement durable
Dans la perspective de la COP21, le Gouvernement poursuivra sa politique d’intégration de l’éducation au développement durable dans les programmes. Najat Vallaud-Belkacem et Ségolène Royal ont annoncé que des projets pédagogiques ayant trait aux enjeux de la transition énergétique et à la lutte contre le changement climatique seront mis en oeuvre dans les écoles, les collèges et les lycées généraux, technologiques et professionnels, centres de formation en alternance et centres de formation des apprentis et en partenariat avec les partenaires territoriaux.

Les enseignants et les élèves des collèges et des lycées réaliseront des simulations de négociations climatiques à visée pédagogique, afin de soutenir la prise de conscience et l’engagement des jeunes dans la lutte contre le changement climatique.

En savoir plus